Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
DIRECT - Grève du 5 décembre : plus de 510.000 manifestants dans près de 70 villes
Société

Une soixantaine de personnes rassemblées sur le campus de Pau contre la précarité étudiante

-
Par , France Bleu Béarn

Une soixantaine de personnes se sont rassemblées sur le campus de Pau, ce mardi à la mi-journée, pour protester contre la précarisation de la vie étudiante. Le rassemblement était organisé par le syndicat Solidaires Étudiant.e.s, quatre jours après qu'un étudiant s'est immolé à Lyon.

Les manifestants se sont retrouvés devant l'antenne du CROUS sur le campus universitaire de Pau.
Les manifestants se sont retrouvés devant l'antenne du CROUS sur le campus universitaire de Pau. © Radio France - Suzanne Shojaei

Pau, France

Partout en France, des étudiants se sont rassemblés pour alerter sur les situations alarmantes de certains d'entre eux. L'initiative intervient quatre jours après le geste désespéré d'un étudiant de 22 ans devant le CROUS de Lyon. Le jeune s'est immolé vendredi ; il était toujours ce mardi entre la vie et la mort. L'étudiant, militant au sein du syndicat Solidaires, avait expliqué son geste sur les réseaux sociaux, détaillant une situation économique difficile. 

"Les étudiants qui travaillent la nuit et qui vont en cours le jour, ça existe aussi à Pau"

Au pied du CROUS sur le campus de Pau, les militants syndicaux décrivent le quotidien de certains camarades. "Ce sont souvent des gens issus des classes populaires, ou en rupture familiale. Parfois, les parents n'ont pas les moyens de payer les études", précise Marion, du syndicat.

"Certains sont en dépression, d'autres ne peuvent pas s'alimenter correctement"

Cette année, le coût de la vie étudiante est en progression de 2,83% en France, selon l'UNEF. L'université de Pau et des Pays de l'Adour (UPPA) compte près de 13.500 étudiants. Plus de 10% d'entre eux sont logés par le CROUS dans les résidences universitaires. Le prix varie entre 250 et 350 euros.

Le parc privé propose des appartements au prix moyen de 450 euros, soit une centaine d'euros de moins qu'à Bordeaux. Les étudiants ont également accès à des repas à 3,30 euros, sur le campus. 

Des retards de bourses

Certains racontent les difficultés qui s'accumulent, et notamment les retards de versement des bourses. De nombreux dossiers semblent encore en attente de traitement. Ces étudiants n'ont donc rien touché depuis la rentrée, trois mois plus tôt. 

"On considère que les étudiants ne devraient pas avoir à travailler pour subvenir à leurs besoins" - Marion, de Solidaires

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu