Société

Une stèle en mémoire des 13 mineurs tués à Saint-Éloy-les-Mines

Par Valentine Letesse, France Bleu Pays d'Auvergne dimanche 24 janvier 2016 à 20:07

Une cérémonie hommage et plein d'émotions à Saint-Éloy-les-Mines.
Une cérémonie hommage et plein d'émotions à Saint-Éloy-les-Mines. © Radio France - Valentine Letesse

Une stèle a été posée en mémoire aux 13 mineurs tués le 26 janvier 1950 à Saint-Éloy-les-Mines. Une cérémonie avec beaucoup d'émotions.

Ce dimanche de janvier, ce ne sont pas 300 anonymes mais les 300 membres d'une même famille, celle des mineurs, qui se sont réunis dans le bois de  Saint-Éloy-les-Mines. 66 ans après la catastrophe de la mine, la mairie et l'association "Souvenir et Mémoire du Mineur" ont posé une stèle sur le lieu du drame. 13 mineurs ont été tués dans ce coup de grisou du 26 janvier 1950,  dont les deux oncles de Michel Stellmacher. Un drame qui a changé sa vie et celle du village. "Depuis je suis très fataliste. Après à la maison, le poste était recouvert d'un drap. Pas de poste pendant deux ans. Ma mère était tout en noir. Tout avait changé."

Le témoignage de Michel Stellmacher.

Saint-Éloy-les-Mines, terre minière

Les anciens mineurs dévoilent la stèle. - Radio France
Les anciens mineurs dévoilent la stèle. © Radio France - Valentine Letesse

Dans le village, tout le monde connaît un mineur, une famille de mineur. Pendant son discours, la maire Marie Thérèse Sikora, très émue également. "Mon mari est issu d'une famille de mineur. Il m'avait raconté qu'ils étaient sur le carreau de la mine en attendant et en se demandant : est ce que mon papa va remonter ? Je me suis souvenu de ça" explique la maire de Saint-Éloy-les-Mines dans un sanglot. De l'émotion, il y en a aussi dans la voix de Jean Zamora. Cet homme de 70 ans a perdu son père dans le coup de grisou. Il n'avait que 3 ans et demi à l'époque mais ces souvenirs sont intactes. "On était dans la cuisine avec ma mère. La sirène de la ville retentissait. Ma mère m'a pris, elle m'a vite emmené dans la chambre, elle a fermé les volets. Des gens ensuite sont venus nous chercher."

Le témoignage de Jean Zamora, fils de l'un des mineurs tués.

Lectures de textes, gerbes de fleurs, drapeau français et la Marseillaise. Mais ce qui a résonné dans les bois pendant de longues minutes, c'est une chanson : les corons de Pierre Bachelet. Une ode aux mineurs qui veut dire beaucoup à Saint-Éloy-les-Mines. Où 66 ans plus tard, la solidarité des mineurs est restée intacte. 

Le reportage de Valentine Letesse pendant la cérémonie.

La stèle inaugurée hier à Saint-Éloy-les-Mines. - Radio France
La stèle inaugurée hier à Saint-Éloy-les-Mines. © Radio France - Valentine Letesse

Partager sur :