Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Pédophilie dans l'Église : une trentaine d'appels reçus à la cellule d'écoute de Montpellier

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu
Montpellier, France

Le diocèse et le CHU de Montpellier ont dressé ce mercredi le bilan de la cellule d'écoute pour les victimes et les auteurs de violences sexuelles au sein de l'église catholique, lancée il y a un an. Trente deux appels ont été reçus mais au final, seulement huit victimes sont suivies à l'hôpital.

Enfant de chœur, dans une église (illustration)
Enfant de chœur, dans une église (illustration) © Maxppp -

Tous les appels reçus depuis un an n'ont pas pu être exploités. Parfois la personne raccroche ou elle parle de violences en dehors de l'Église ou en dehors de la région.

Au final seulement huit victimes ont accepté un rendez-vous et un suivi a l'hôpital.

Ça ne veut pas dire qu'il y a peu de victimes. Mon hypothèse est qu'il est encore difficile d'évoquer les faits, d'en parler quand on a mis un mouchoir dessus depuis plusieurs dizaines d'années" - Mathieu Lacambre, psychiatre au CHU

Docteur Mathieu Lacambre psychaitre spécialisé dans la prise en charge des auteurs et victimes de violences sexuelles, coordonnateur du CRIAVS LR

Les faits évoqués remontent aux années 60, 70 ou 80. Tous sont prescrits et d'ailleurs les auteurs sont morts. À l'époque, les victimes avaient entre 6 et 14 ans, certaines ont été abusées pendant une dizaine d'années. Toutes en gardent des séquelles et n'en ont jamais parlé jusqu'à aujourd'hui.

Le pardon de l'Église est important

Parallèlement au suivi médical nécessaire, les victimes peuvent rencontrer l'archevêque de Montpellier. Cinq d'entre elles ont accepté un rendez-vous avec Pierre-Marie Carré, une étape importante qui les aide à se reconstruire.

C'est un moment intense d'écoute. Je ne juge pas et puis comme les auteurs sont décédés, je demande pardon au nom de l'Église" - Monseigneur Carré

Pierre-Marie Carré archevêque du diocèse de Montpellier

Le partenariat Église-CHU se poursuit. Le numéro reste le même : 07.68.55.00.43. Mais désormais, personne ne décroche. Un répondeur renvoie vers le CRIAVS (le centre spécialisé de l'hôpital) ou invite les victimes à envoyer un mail.

L'affiche  de la cellule d'écoute  - Radio France
L'affiche de la cellule d'écoute © Radio France - Sébastien Garnier
L'archevêque Pierre-Marie Carré et  Thomas Le Ludec le Directeur Général du CHU  de Montpellier - Radio France
L'archevêque Pierre-Marie Carré et Thomas Le Ludec le Directeur Général du CHU de Montpellier © Radio France - Sébastien Garnier

Le reportage de Sébastien Garnier

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu