Société

Une trentaine de bars-tabac ne respectent pas l'interdiction de fumer

Par Julien Jean, France Bleu Maine mercredi 30 septembre 2015 à 17:05

bureau de tabac
bureau de tabac © Maxppp

7 ans après l'entrée en vigueur de l'interdiction de fumer dans les bars, restaurants et boites de nuit, certains bars-tabac de la Sarthe font de la résistance. Il serait encore possible de cloper dans une trentaine d'établissements dans le département.

"Le tabac, c'est tabou. On en viendra tous à bout" mais en Sarthe, ce n'est pas encore gagné. 7 ans après l'entrée en vigueur de l'interdiction de fumer dans les bars, restaurants et boites de nuit (1er janvier 2008), plusieurs buralistes sarthois refusent toujours de l'appliquer. Selon la chambre syndicale des buralistes de la Sarthe, les fumeurs seraient ainsi tolérés dans une trentaine de bars-tabac, essentiellement en milieu rural.  

A la campagne, c'est le dernier lieu de convivialité. 

Jeannick Lelong, l'ancienne présidente de la chambre syndicale, milite pour que l'interdiction soit appliquée partout mais elle comprend que certains de ses collègues préfèrent la braver : _"A la campagne, c'est le dernier lieu de convivialité. Et si on les empêche de fumer, les clients menacent carrément de ne plus venir". Elle décrit aussi des situations où des buralistes se sont fait piégés par leur laxisme : "Je dirais qu'en 2008, certains ont eu le tort de laisser faire, de laisser un habitué se griller une clope à l'intérieur. Et après c'est fini, les autres clients s'y mettent aussi. Là, ça devient difficile de revenir en arrière"_ 

Jeannick Lelong, représentante des buralistes de la Sarthe

Je ne suis pas gendarme

C'est exactement ce qui s'est produit dans ce bar-tabac du Sud Sarthe. "A l'époque on avait un ami qui a voulu fumer une cigarette à l'intérieur" se souvient le patron, "on lui a dit "oui" et cela a commencé comme ça". Aujourd'hui, les habitués entrent dans son café avec la clope à la main. Le cendrier est posé derrière le comptoir, à peine caché. "Que voulez vous ? Je ne suis pas gendarme"  dit son épouse :"Les clients savent ce qu'ils ont à faire, je ne vais pas les élever. Ils prennent leurs responsabilités... et moi aussi" .

Qu'on nous foute la paix !

Les 4 clients accoudés au bar confirment. "Oui on assume et puis l'Etat est bien content de toucher des sous sur le tabac et après il interdit de fumer. Moi je dis que c'est pas normal". Son voisin embraye : "Il faut qu'on arrête de faire chier les Français. Et c'est pas moi qui l'a dit, c'est Pompidou". Pour rappel, toute personne fumant dans un lieu à usage collectif soumis à l’interdiction de fumer est passible d’une amende forfaire de de 68 €. Le buraliste risque lui une amende allant de 135 à 750 €.

Le reportage de Julien JEAN