Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une trentaine de Roms expulsés d'un squat à Floirac, près de Bordeaux

mardi 1 octobre 2013 à 18:09 France Bleu Gironde

Sept familles de Bulgares d'origine rom ont été délogées mardi matin d'un ancien local commercial qu'elles squattaient quai de la Souys, à Floirac, dans l'agglomération de Bordeaux. La police a fait appliquer une décision de justice ordonnant l'évacuation des lieux.

Le squat de l'avenue Thiers a fermé l'été dernier
Le squat de l'avenue Thiers a fermé l'été dernier © Radio France - Marion Dubreuil

L'intervention des forces de l'ordre s'est déroulée sans incident vers 8h ce mardi matin, quai de la Souys, à Floirac : la police a évacué d'anciens locaux commerciaux squattés depuis plusieurs mois par une trentaine de roms.

La justice avait décidé d'ordonner l'expulsion de ces sept familles , qui s'étaient installés dans les anciens locaux de Boisson Stores et fermeture, une entreprise placée en liquidiation judiciaire durant l'été 2012.

Depuis, le terrain a été loué par une enseigne de contrôle technique pour autombiles, qui ne pouvait pas s'implanter en raison de la présence de ces occupants.

Partis vers d'autres squats

Ces familles avaient déjà été expulsées de l'avenue Thiers, quartier de la Bastide, et de la rue de la Faiencerie, quartier Bacalan, deux squats qui eux aussi ont été fermés . Deux de ces familles sont prises en charge par la MOUS, la Maîtrise d'Oeuvre Urbaine et Sociale qui vise à mieux les intégrer dans l'agglomération bordelaise. D'après la préfecture, des solutions de relogement devraient leur être proposées.

Plusieurs des personnes expulsées sont sous le coup, toujours selon la préfecture, d'une obligation de quitter le territoire. En attendant, ces sept familles sont reparties dans la nature, et devraient trouver refuge dans deux autres squats de Floirac.

Mots-clés :

Par :