Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une voiture équipée de caméras pour contrôler le stationnement à Montpellier

-
Par , France Bleu Hérault

La Ville de Montpellier s'équipe d'une voiture capable de scanner automatiquement les plaques d'immatriculation, jusqu'à 10.000 par jour. Un moyen de renforcer le contrôle du stationnement et de dissuader les fraudeurs.

La voiture dotée de caméras intégrées peut scanner jusqu'à 10.000 plaques d'immatriculation par jour.
La voiture dotée de caméras intégrées peut scanner jusqu'à 10.000 plaques d'immatriculation par jour. © Radio France - Marie Ciavatti

Elle a l'oeil partout. Depuis deux semaines une voiture circule dans les rues de Montpellier avec à bord un système automatique de contrôle du stationnement payant. Des caméras intégrées à un coffre de toit scannent les plaques d'immatriculation, jusqu'à 10.000 par jour. Cet équipement high tech à 150.000 euros doit permettre de renforcer la lutte contre la fraude au stationnement et les voitures ventouses.

"Notre nouvel avion Awacs"

Une Peugeot blanche banalisée. La voiture roule autour de 30 km/h. À bord, un écran figure le plan de la ville et les secteurs à contrôler. On peut activer indépendamment les caméras du côté gauche ou droit, qui scannent ou photographient. 

"C'est notre nouvel avion Awacs de la Ville, sourit Manu Reynaud, adjoint aux mobilités, en référence aux avions américains de surveillance. Un système automatisé de contrôle. On considère qu'il n'y a pas d'impunité. Soit on paie son stationnement, soit pas, auquel cas on est en infraction. Je précise que le prix du stationnement n'a pas changé. Par contre, nous avons maintenant un outil beaucoup plus efficace pour contrôler." 

"Un système automatisé de contrôle du stationnement payant". Manu Reynaud, adjoint aux mobilités

Processus de validation

Le système est néanmoins soumis à validation. En cas d'infraction, les photos de la voiture sont transmises au PC de contrôle de Tam, où six agents assermentés sont chargés de revoir les dossiers. Vérifier que la plaque d'immatriculation est lisible et concordante, que la voiture est vide et la place payante, avant d'appliquer ou non un forfait post-stationnement (FPS). 

La voiture est équipée de deux types de caméras, qui scannent ou photographient les plaques et la voiture en infraction.
La voiture est équipée de deux types de caméras, qui scannent ou photographient les plaques et la voiture en infraction. © Radio France - Marie Ciavatti

"On analyse les photos contextuelles, qui montrent par exemple le marquage au sol ou l'intérieur de la voiture, explique Robert Giliotti de la direction du stationnement à Tam. Le doute doit toujours profiter à l'usager. Sur 1.500 infractions relevées par jour, 40% ne sont pas retenues."

Des caméras jusqu'au PC de contrôle, comment ça marche? Explications de Robert Giliotti, de la direction du stationnement à Tam.

Une "sulfateuse à PV" ?

La Ville ne cache pas sa volonté de faire du chiffre en traquant les fraudeurs, mais rejette farouchement les termes de "sulfateuse à PV" ou de "voiture tueuse" parfois employés. "On n'est pas là pour verbaliser les gens, s'indigne François Couderc chargé de la police du stationnement à la Ville. Mais pour qu'il y ait plus de rotation sur l'espace public et qu'il soit plus partagé. C'est un système contre les fraudeurs. Pour ceux qui paient leur stationnement, il n'y aura aucun changement." 

Conséquence de ce nouveau dispositif : les avis d'information apposés sur le pare-brise pour signaler le FPS, vont disparaitre. Ils seront envoyés par courrier, à l'adresse mentionnée sur la carte grise. 

Améliorer la politique de stationnement

Au-delà de la sanction, la Ville entend également faire de cette voiture un outil d'analyse pour améliorer sa politique de stationnement. "Quelles sont les places occupées ? À quel moment ? Ces données que l'on n'avait pas avant, vont nous permettre de mieux adapter la tarification ou même l'offre", explique Manu Reynaud. 

Les données collectées ne sont conservées que si l'infraction est avérée et pendant une durée limitée de trois ans. Tam assure que sur les photos transmises par les caméras, les visages sont floutés systématiquement (sans que nous ayons pu le vérifier). Il n'est pour l'instant pas question de grossir la flotte, au vue de l'investissement (23.000 euros HT pour la voiture électrique et 150.000 pour les systèmes vidéo, analyse et transmission). 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess