Société

Brest : une pétition pour ne plus manger son sandwich sous la pluie

Par Valérie Le Nigen, France Bleu Breizh Izel lundi 3 octobre 2016 à 18:33

Heureusement, il fait toujours beau à Brest  ( lol)
Heureusement, il fait toujours beau à Brest ( lol) © Radio France - Valérie Le Nigen

A Brest, des apprentis ont signé une pétition pour ne plus manger leur sandwich sous la pluie. Depuis la rentrée, la direction du campus des métiers leur interdit de manger leur nourriture dans l'enceinte de l'établissement. Les apprentis se replient dans les voitures. Quand ils en ont.

Le campus des métiers est une fierté brestoise. Ouvert en septembre 2014, ce campus ultramoderne accueille cet année 1.810 apprentis. Comme ils sont en alternance, 600 à 900 sont présents en même temps dans l'établissement. A la dernière rentrée, ils ont appris avec surprise un changement de règles concernant le déjeuner. Désormais, il est interdit d'amener sa gamelle ou toute nourriture dans l'établissement. Les micro-ondes mis à disposition l'an dernier ont disparu. Jusqu'ici, il était possible d'amener son déjeuner pour éviter de payer les 6,20 euros du self. Mais la règle a changé.

6,20 euros le self, c'est trop cher" - Des apprentis

Sur le parking, les apprentis s'entassent dans les voitures : "On a entre 700 et 800 euros par mois. On vient souvent de loin avec des frais de route. 6,20 euros de self, c'est trop cher." Deux jeunes filles font la grimace : "manger froid toute l'année, ça va être rude." Des garçons s'éloignent de l'autre coté de la route : "Nous, on n'a pas de voiture. Quand il pleut, on ne mange pas. Quand il fait beau, on prend un sandwich d'hypermarché à 1,20 euro."

La direction justifie son interdiction par un changement de prestataire en cours d'été, pour des questions de qualité. Pour fidéliser le nouveau fournisseur Sodexo, elle a décidé d'appliquer les même règles que dans un lycée : soit on est demi-pensionnaire, soit on sort de l'établissement. Sauf que les selfs sont souvent autour de 3 euros le repas en lycée.

Espace snacking avec des sandwichs à 2,50 euros

Norbert Penvern précise : "Nous n'avons aucune subvention, contrairement aux lycées. En revanche, la Région aide les apprentis à hauteur de 400 à 800 euros par an selon l'âge. Et puis, il y a un espace " snacking" avec des sandwich à 2,50 euros. "Un argument balayé par les jeunes : "on sort tous à 12h30. Impossible de se faire servir au snack. C'est la cohue. Non, vraiment, c'est une galère", souffle une jeune fille. Norbert Penvern promet des "commissions déjeuner" à partir de novembre.

"Si vous voulez enterrer un problème, créez une commission", disait Clémenceau. Les élèves du campus des métiers restent un peu plus optimistes.

Partager sur :