Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Université de La Rochelle : des étudiants installent des distributeurs de protections hygiéniques gratuites

-
Par , France Bleu La Rochelle, France Bleu

Deux étudiantes de l'université de La Rochelle ont lancé il y a un peu plus d'un an le projet Primerose. L'objectif : lutter contre la précarité menstruelle en installant des distributeurs de protections hygiéniques gratuites dans l'université.

En France près de 2 millions de femmes sont concernées
En France près de 2 millions de femmes sont concernées © Maxppp - Jean François Frey

A l'Université de La Rochelle, pour lever le tabou autour de la précarité menstruelle et faire preuve de solidarité, une association va installer dès le mois prochain des distributeurs gratuits de protections hygiéniques. Le projet s'appelle Primerose, il est porté par deux étudiantes de l'Université, Clara et Clémence.

« Précarité menstruelle » on entend de plus en plus cette expression qui désigne la difficulté d'accès aux protections périodiques pour des raisons financières. En France, près de 2 millions de femmes sont concernées. Certaines d'entre elles sont des étudiantes...  Un mal qui ne cesse de croître avec la crise économique : une récente enquête IPSOS a montré que plus de 30% des étudiantes ont eu des difficultés à s’acheter des protections périodiques pendant le premier confinement. Certaines au point d'y renoncer.

Les serviettes, les tampons, les médicaments, le rachat des vêtements ou des draps tachés : tous les mois ça a un prix. Clara et Clémence en ont pris conscience lorsqu'elles sont devenues étudiantes et ne pas avoir les moyens ça a des conséquences : "Des conséquences sociales, il peut y avoir un renfermement sur soi, des conséquences aussi sur la vie au quotidien puisque certaines personnes vont devoir faire le choix entre acheter des fruits, des légumes pour manger ou acheter des protections. C'est des choix qui ne sont pas normaux !"

Une précarité qui se transforme souvent en tabou alors l'idée d'un distributeur de protections gratuites leur est venue naturellement : "Les étudiantes qui sont en situation de précarité peuvent avoir un sentiment de gêne, de honte donc le principe de ces distributeurs en libre service c'est que tout le monde peut y avoir accès et aller se servir de façon discrète sans que d'autres personnes soient au courant."

Quatre distributeurs vont être répartis à différents endroits de l'Université avec tous types de protections, serviettes, tampons avec ou sans applicateurs : "C'est une petite boite qui est vissée au mur, on peut mettre des recharges de protections dedans et on se sert par en dessous.   C'est à nous, quand on voit qu'il n'y en a plus, de recharger au fur et à mesure pour que tout le monde puisse en profiter."

En plus de ces distributeurs, les membres du projet Primerose vont organiser des campagnes de sensibilisation pour lever le tabou autour des règles.

Pour développer ce projet, Clara et Clémence sont soutenues par l'Université. Grâce à des appels à projet et à une cagnotte en ligne, elles ont déjà récolté 80% des 10 000 euros de leur budget prévisionnel. Tous les ans en début d'année le pole santé de l'université de La Rochelle distribue des kits de protection aux étudiantes, cette année les 700 kits sont partis en moins de 2 heures, une (triste) première qui révèle l'augmentation de la précarité étudiante.

"Vous avez repéré ou imaginé une solution pour améliorer le quotidien autour de chez vous ? Vous avez identifié des besoins locaux et vous avez des idées pour y répondre ? Avec “Ma solution”, France Bleu vous donne la parole : partagez votre expérience, signalez les initiatives les plus utiles, faites vos propositions et donnez votre avis sur celles des autres. La solution, c’est vous !"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess