Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Université Rennes 2 : distribution gratuite de protection hygiénique aux étudiantes

-
Par , France Bleu Armorique

Le syndicat majoritaire de l'Université Rennes 2, l'Union Pirate, organise jusqu'à ce jeudi une distribution gratuite de protection hygiénique aux étudiantes. L'opération est financée par l'Université Rennes 2, le CROUS de Bretagne et la ville de Rennes pour lutter contre la précarité menstruelle.

La distribution de protection hygiénique a eu beaucoup de succès ce mardi au Campus Villejean de l'Université Rennes 2.
La distribution de protection hygiénique a eu beaucoup de succès ce mardi au Campus Villejean de l'Université Rennes 2. © Radio France - Maïwenn Bordron

Des longues files d'étudiantes se sont formées ce mardi au sein du campus Villejean de l'Université Rennes 2. Elles ne sont pas venues récupérer du matériel scolaire mais participent à une distribution gratuite de protection hygiénique. Le syndicat majoritaire de la fac, l'Union Pirate, est à l'origine de cette opération, organisée jusqu'à ce jeudi.  L'objectif est de lutter contre ce qu'on appelle la précarité menstruelle des étudiantes, c'est-à-dire les difficultés des femmes à se procurer des protections hygiéniques en raison de faibles revenus.  

Promouvoir de nouvelles protections plus éco-responsables

Cette opération a également permis aux étudiantes d'avoir accès à des alternatives plus écologiques. Parmi les protections hygiéniques qui se développent de plus en plus, il y a notamment la culotte menstruelle ou la serviette réutilisable. C'est ce mode de protection qu'a choisi Agathe, en première année de licence d'histoire de l'art. "C'est une serviette en tissu qui est doublée avec du coton et du polyester. C'est quelque chose que tu clipes comme un body un peu sous ta culotte", décrit l'étudiante de 20 ans.

Ces protections sont lavables en machine, elles reviennent donc moins cher à l'usage, mais à l'achat, il faut débourser entre 30 à 40 euros  pour une culotte menstruelle par exemple. C'est donc compliqué quand on a un budget étudiant. "200 euros, ça part vite si on veut se nourrir correctement, ne pas louper de repas. Acheter des protections hygiéniques tous les mois, ça représente quand même un gros budget", déplore Louwenn, une étudiante en première année de licence d'arts du spectacle.

Louwenn, 18 ans, est venue chercher une coupe menstruelle. Elle n'a jamais utilisé ce mode de protection hygiénique auparavant.
Louwenn, 18 ans, est venue chercher une coupe menstruelle. Elle n'a jamais utilisé ce mode de protection hygiénique auparavant. © Radio France - Maïwenn Bordron

Grâce à cette opération, beaucoup d'étudiantes testent de nouvelles protections hygiéniques. "Cela permet aussi de faire un pas écologique sans pour autant débourser sa bourse dedans. Moi, je trouve ça génial, j'en profite pour tester des alternatives que je ne connais pas. J'ai sauté sur l'occasion", se réjouit Lou, 20 ans.

On pense qu'on ne devrait pas avoir à choisir entre manger, prendre un ticket de métro ou s'acheter des protections périodiques.        
Fabien Caillé, vice-président étudiant de l'Université Rennes 2.

Au total, les organisateurs espèrent, en trois jours, toucher 3500 étudiantes avec cette opération. La précarité menstruelle est une réalité à la fac, comme l'explique Fabien Caillé, du syndicat étudiant L'Union Pirate. "Le premier sujet de cette opération, c'est de _résoudre un problème de précarité_. La deuxième question, c'est de se dire qu'à un moment donné, il y a de nouvelles protections qui ont été mises sur le marché, plus éco-responsables, plus saines pour le corps. Mais le problème c'est qu'elles coûtent souvent cher et que les étudiantes n'ont pas forcément l'occasion de les utiliser", insiste l'élu étudiant pour le syndicat majoritaire à Rennes 2, l'Union Pirate.

Cette opération de trois jours coûte au total 35 000 euros, financés par l'Université Rennes 2, le CROUS de Bretagne et la ville de Rennes. Ces dons ont servi à acheter des protections hygiéniques en grand nombre.

Parmi les protections hygiéniques qui se développent de plus en plus : la serviette réutilisable.
Parmi les protections hygiéniques qui se développent de plus en plus : la serviette réutilisable. © Radio France - Maïwenn Bordron
Choix de la station

À venir dansDanssecondess