Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Universités : les blocages ont fait plus d'un million d'euros de dégâts selon la ministre de l'Enseignement supérieur

lundi 23 avril 2018 à 21:22 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Les dégâts commis dans les universités bloquées et occupées ces dernières semaines par des opposants à la loi sur les nouvelles modalités d'entrée à la fac devraient dépasser le million d'euros a estimé ce lundi la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal.

La ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, le 20 avril 2018.
La ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, le 20 avril 2018. © AFP - Eric FEFERBERG

Les dégâts commis dans les universités bloquées et occupées ces dernières semaines par des opposants à la réforme de l'accès à la fac devraient dépasser le million d'euros a estimé ce lundi la ministre de l'Enseignement supérieur, invitée de L'Epreuve de vérité sur Public Sénat, en partenariat avec l'AFP, Radio Classique et Les Echos.

"Il est important de savoir qui a commis ces dégâts car c'est le contribuable qui va payer" a ajouté Frédérique Vidal. Certains présidents d'université ont décidé de porter plainte a rappelé la ministre avant de détailler les montants des dégâts pour plusieurs universités.

"C'est le contribuable qui va payer"

La présidence de l'université Paul-Valéry à Montpellier évalue à 300.000 euros le coût des dégradations au sein de cet établissement, a précisé Frédérique Vidal. Occupée depuis plus de deux mois l'université a été évacuée par la police ce lundi matin, alors qu'elle était quasiment déserte en raison des vacances. Mi-avril, la présidence avait notamment dénoncé "le sabotage" de la salle des serveurs, "détruits".

Pour le site universitaire de Tolbiac à Paris, évacué vendredi matin à l'aube, "les devis sont en cours" a dit la ministre évoquant un montant de 200.000 à 300.000 euros. Une enquête pour dégradations en réunion a été ouverte vendredi après une plainte de la présidence de Paris-1 dont dépend le site parisien.

Au total, "je pense qu'on dépassera le million d'euros" sur l'ensemble des sites dégradés, a conclu Frédérique Vidal. Depuis plusieurs semaines, une dizaine de sites (sur 400) sont perturbés et occupés par des étudiants et des militants qui voient dans la réforme de l'accès à l'université (ORE) l'instauration d'un système de "sélection" déguisé.