Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Coronavirus : reconfinement en France à partir de vendredi, jusqu'au 1er décembre

Tirs de LBD plus encadrés, nouvelle grenade de désencerclement : les annonces de Gérald Darmanin

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Dans son discours aux CRS ce vendredi, le ministre de l'Intérieur a annoncé qu'une nouvelle grenade de désencerclement moins dangereuse serait utilisée à compter de samedi. En cas d'usage de LBD, le lanceur de balles de défense, un superviseur devra donner son accord avant chaque tir.

L'usage du LBD va être davantage encadré (illustration).
L'usage du LBD va être davantage encadré (illustration). © Maxppp - Marc Ollivier

Lors de la cérémonie d'installation de la nouvelle cheffe des CRS Pascale Regnault-Dubois ce vendredi, Gérald Darmanin a présenté les grandes lignes du nouveau schéma national de maintien de l'Ordre. Il a annoncé notamment l'utilisation d'une nouvelle grenade de désencerclement, censée être moins dangereuse, lors des manifestations. Elle sera utilisée dès ce samedi, date d'une nouvelle journée de mobilisation de "gilets jaunes".

Le nouveau modèle qui remplacera la grenade GMD, accusée de provoquer des lésions auditives et des blessures au visage, est censé occasionner "moins de projections en hauteur", a indiqué le ministre. Les grenades de désenserclement sont censées être utilisées en cas de danger imminent, notamment pour disperser (avec sommations) un attroupement ou réprimer (sans sommations) des violences contre les forces de l'ordre.

Accord obligatoire d'un superviseur avant chaque tir de LBD

"Sans mettre en danger les forces de l'ordre", Gérald Darmanin a souligné que "la doctrine ou les conditions d'emploi de certains matériels vont évoluer". Désormais, chaque tir de LBD, le lanceur de balles de défense, sera soumis à l'accord d'un "superviseur". "Il nous faut diminuer le nombre de violences et de blessés lors des manifestations", a expliqué Gérald Darmanin. 

Cette mesure ne concerne que les effectifs de sécurité publique et les brigades de répression de l'action violente, composées notamment des brigades anticriminalité. Les CRS et les gendarmes mobiles porteurs de LBD étaient déjà soumis à la présence d'un superviseur, selon une source policière à l'AFP.

La technique de "l'encadrement" sera "strictement encadrée"

La technique de "l'encadrement", décriée par les manifestants, pourra toujours être utilisée, a souligné Gérald Darmanin, mais de façon "strictement encadrée" et "circonscrite dans le temps".

Le schéma national de maintien de l'ordre comprendra aussi un cadre législatif afin que les images réalisées par des drones notamment puissent être exploitées par les forces de l'ordre.

Enfin, le ministre a rappelé son intention d'interdire aux télévisions et aux réseaux sociaux de diffuser, sans les flouter, "des images montrant les visages" de policiers en opération et de permettre la diffusion des vidéos réalisées par la police grâce aux caméras piétons, dont la généralisation est prévue d'ici à juillet 2021.

100 millions d'euros pour le renouvellement du matériel

Gérald Darmanin a annoncé une enveloppe de 100 millions d'euros pour le renouvellement du matériel des forces de l'ordre, d'ici deux ans. 300 véhicules neufs seront mis à disposition, tout comme sept lanceurs d'eau, 270 véhicules nouveaux de reconnaissance, 100 nouveaux camions et une dizaine de portes-drône.

Le ministre a aussi promis l'arrivée de 300 gendarmes mobiles et 215 CRS supplémentaires.

"Qu'on les appelle les black blocs, les ultra jaunes, l'ultra gauche, l'ultra droite, la République ne peut pas reculer devant le mal extrémiste", a déclaré le ministre. Gérald Darmanin a exprimé sa "profonde sympathique pour les 2 000 policiers et gendarmes blessés lors de ces manifestations".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess