Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Usine Renault de Sandouville : des retards de paiement inquiètent syndicats et employés

Des membres du syndicat Force Ouvrière ont alerté ce lundi 6 mai sur un retard de paiement important pour plusieurs employés de l'usine Renault, à Sandouville. Ça concerne notamment Gaëlle, employée depuis 2001 et en situation de handicap.

Plusieurs salariés de Renault Sandouville, notamment certains en situation de handicap, n'ont pas encore touché leur salaire d'avril
Plusieurs salariés de Renault Sandouville, notamment certains en situation de handicap, n'ont pas encore touché leur salaire d'avril © Maxppp - MaxPPP

Sandouville, France

Plusieurs salariés de l'usine Renault de Sandouville (Seine-Maritime) s'inquiètent de ne pas voir arriver leur salaire du mois d'avril. Une situation relevée ce lundi 6 mai par des employés syndiqués chez Force Ouvrière, et qui concerne notamment des membres de la chaîne de Contrôle conformité et fournisseurs (CCF). C'est le cas de Gaëlle, embauchée à Sandouville depuis 2001, "Cette équipe d'une dizaine de salariés fait les retouches avant de remettre les pièces sur la chaîne", expose-t-elle. Autre point important : elle est composée de personnes ayant des gros soucis de santé, reconnus par la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) de Rouen. 

"Pour ma part, j'ai sept hernies discales, le bras gauche atrophié, et j'ai été opérée d'une tumeur à la colonne vertébrale, on m'a refait le canal lombaire étroit le 15 janvier dernier", révèle Gaëlle. Elle a repris le travail chez Renault le 1er avril, mais une embolie pulmonaire l'a contrainte à s'arrêter deux semaines plus tard.

125,41 € au lieu de 730

Aujourd'hui, ce qui figure sur sa fiche de paie est bien loin de ce qu'elle devrait avoir touché pour le mois d'avril. "C'est vrai que j'ai été malade, et je suis en mi-temps thérapeutique, j'aurais donc dû toucher 730 euros", calcule-t-elle. "Mais lundi 29 avril, j'ai eu l'information que je n'aurais que 125,41 euros de salaire." Gaëlle va donc voir son chef, soucieuse, qui l'assure dans un premier temps que tout devrait bien se passer. Sauf qu'après le mercredi 1er mai, férié, elle attend encore trois jours, sans rien recevoir.

"Comment ça se fait que les papiers ont disparu ?"

L'employée réitère donc ses demandes auprès de sa hiérarchie de Renault Sandouville. "Et là, on me sort que c'est la Sécurité sociale qui n'a pas les papiers", lance-t-elle sans oublier d'expliquer : "Comme je suis en mi-temps thérapeutique, la Sécu me verse la moitié de mon salaire. Sauf que j'ai été convoquée le jeudi 2 mai à la Sécu, et ils avaient tout ce qu'il fallait ! Comment ça se fait que les papiers ont disparu depuis ?"

D'autant que les soins de Gaëlle lui coûtent cher, et qu'elle n'arrive pas à joindre les deux bouts : "Sans même parler d'assurances ou d'électricité, j'avais un rendez-vous à l'hôpital de Rouen avec un neurochirurgien, pour mon dos. Je lui ai expliqué, et il m'a dit que ça irait. Sans ce petit geste, je n'aurais même pas pu être soignée."

Délai pour cause de 1er mai

Côté direction de l'usine Renault, le problème n'est pas interne : on confirme que le virement a été fait vers la banque de l'employée dès le mardi 30 avril. Ce délai, "situé entre deux et quatre jours comme en temps normal", se serait simplement allongé à cause du 1er mai. 

Mais pour la salariée et le syndicat Force Ouvrière, les défauts ou retards de paiement sont courants chez Renault Sandouville : au moins deux autres employés, dont un autre de la chaîne CCF, seraient actuellement concernés, "sans parler des fois précédentes". Ils déplorent également que tout le service Paie soit centralisé à l'usine de Cléon, et qu'ils n'aient plus aucun interlocuteur sur place.

Choix de la station

France Bleu