Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"On va montrer ce que c'est de se mettre en marche" : des Mayennais marchent contre la réforme des retraites

-
Par , France Bleu Mayenne

"En marche pour le retrait". C'est derrière cette banderole qu'une trentaine de mayennais vont partir ce lundi matin direction Paris et l'Assemblée Nationale, pour demander le retrait de la réforme des retraites.

Beaucoup d'enseignants vont marcher vers Paris.
Beaucoup d'enseignants vont marcher vers Paris. © Radio France

Ils vont se mettre en marche contre la réforme des retraites. Une trentaine de mayennais, syndiqués ou non, organisent une marche de Laval à Paris. Départ ce lundi à 9h du square de Boston à Laval, le jour du début de l'examen de la réforme des retraites à l'Assemblée Nationale. L'arrivée des marcheurs est prévue le 25 février à l'Assemblée Nationale. 

Une boutade prise au sérieux

Cette idée un peu folle est née dans l'esprit d'enseignants du collège Jacques Monod de Laval. "Ils ont eu cette idée qui est partie un peu comme une boutade, puis finalement ils ont dit, pourquoi pas. On va leur montrer ce que c'est de se mettre en marche, que ça peut-être une aventure et une quête sympathique, qui n'est pas extrémiste, pas violente, qui fédère énormément, faite de beaucoup de solidarité", explique Guillaume Poisson, professeur d'anglais au collège de Cossé-le-Vivien

Les marcheurs vont dormir chez des personnes qu'ils ne connaissent pas. "Il y a plein de gens qui ont fait jouer leurs contacts, qui vont faire en sorte que tous les soirs, on puisse être hébergés par des sympathisants, qui sont prêts à dire je vais héberger trente personnes, donner à manger à trente personnes. C'est quelque chose qui nous porte, c'est vraiment une force, c'est fédérateur, c'est puissant, et on est très heureux de se lancer dans cette aventure", ajoute-t-il.

C'est quelque chose qui nous porte, c'est vraiment une force, c'est fédérateur, c'est puissant

Une aventure de près de 270 kilomètres à pied, jalonnée d'arrêts. Ils vont organiser des débats, des conférences, des animations. "C'est un engagement individuel mais au service d'une cause collective, solidaire. On espère qu'au fil de notre avancée dans la marche, on puisse rallier le plus de personnes à cette cause", souhaite Katell Janvier, enseignante à l'école maternelle de Cossé-le-Vivien.

Huit jours de marche jusqu'à l'Assemblée Nationale

Cinq Mayennais, au moins, vont faire la marche d'un bout à l'autre, de Laval à Paris. Ce sera le cas de Marie-Anne Bouchon, directrice de l'école publique d'Ahuillé. "C'est enthousiasmant de voir comment ça répond, comme les gens nous remercient parfois. Ça fait deux mois qu'on se bat, qu'on essaie de se faire entendre, c'est une autre manière de faire. Une manière aussi de nous nourrir de l'énergie collective, de tous les gens qu'on va rencontrer. Je n'ai jamais été aussi pressée de partir en vacances, pour aller rencontrer toutes ces personnes qui ont répondu présent. Et de revenir regonflés, nourris de cette énergie, convaincus que l'on a raison et qu'on ne peut pas perdre".

C'est fait vraiment de la bonne volonté des uns, des autres, et d'un enthousiasme profond. Ça va être extrêmement riche, ça va être une semaine super dense. 

Est-ce que c'est parce que la bataille est peut-être perdue d'avance qu'il ne faut pas se lever, combattre, se dresser et s'indigner ?

Les marcheurs contre la réforme des retraites seront 31 au départ de Laval, ils vont passer par Le Mans, la Ferté-Bernard, Nogent-le-Rotrou. Ils seront rejoints ou relayés au fur et à mesure par des Sarthois, des habitants de l'Eure-et-Loire et des Yvelines. Ils ont envoyé une lettre pour demander un rendez-vous avec tous les présidents des groupes parlementaires à l'Assemblée Nationale.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu