Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Vacances et confinement : "les résidents secondaires débarquent en toute impunité" au pied du Mont-Blanc

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Le maire de Saint-Gervais en Haute-Savoie, Jean-Marc Peillex, dénonce à son tour les vacanciers qui ne respectent pas le confinement. Selon l'élu, depuis le début des vacances scolaires de la zone C, les résidences secondaires sont de nouveaux occupées au pied du Mont-Blanc

Certains chalets de montagne sont subitement rouverts depuis ce week-end (illustration)
Certains chalets de montagne sont subitement rouverts depuis ce week-end (illustration) © AFP - AFP

C'est un coup de gueule de celui qui est connu pour dire ce qu'il pense : le maire de Saint-Gervais (Haute-Savoie), Jean-Marc Peillex, dénonce à son tour, les vacanciers qui ne respectent pas le confinement. Selon l'élu, depuis le début des vacances scolaires de la zone C le week-end dernier (Paris, Montpellier, Toulouse), les résidences secondaires sont de nouveaux occupées au pied du Mont-Blanc. 

"Il y en a quelques-uns et ce sont quelques uns de trop" - Jean-Marc Peillex, maire de Saint-Gervais

"On le voit aux chalets subitement allumés (...) ils auraient pu éviter ça", dénonce Jean-Marc Peillex

Cela provoque la colère du maire de Saint-Gervais qui écrit : "malheureusement nos citadins _résidents secondaires débarquent en toute impunité avec leurs virus_. Ils sont inconscients et n’ont rien compris au confinement. Ils ne pensent qu’à eux."

"Ce sont les voisins qui voient les chalets qui sont subitement allumés", raconte le maire de Saint-Gervais à France Bleu Pays de Savoie qui ne comprend pas ce comportement : "ils ont choisi le confinement chez eux, qu'ils le fassent du début à la fin (...) c'est pas à la carte". L'élu précise bien que si ces familles avaient choisi Saint-Gervais dès le début du confinement, elles auraient été "accueillies à bras ouverts". Mais maintenant, "aller dans l'autre sens ça veut dire _risquer de faire circuler et propager le virus deux fois_, c'est la double peine". 

Dans les Bauges aussi, certains commerçants locaux s'agacent de recevoir ces jours-ci la visite de clients... qui étaient absents jusqu'à présent. C'est le cas du chocolatier Jacob qui à l'approche de Pâques voir certains vacanciers dans son magasin. Il leur demande de rester en dehors de la boutique ou de se faire livrer à domicile.

Au bord de mer, même combat

Dans plusieurs régions de France, les volets des résidences secondaires se sont opportunément ouverts ces dernières heures à l'occasion des vacances scolaires. Alors que chacun doit logiquement rester chez soi si l'on respecte les règles du confinement, on a vu en Dordogne par exemple des vacanciers arrêtés au péage et qui ont du rentrer chez eux. En Normandie, plusieurs élus dénoncent aussi les arrivées sur leurs communes et la préfecture du Calvados a même décidé d'interdire les locations touristiques jusqu'au 15 avril. Le Préfet de Corse a aussi rappelé que les résidents secondaires n'étaient pas les bienvenus sur l'Ile de Beauté.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu