Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Vaccination : le respect de la chaîne du froid en question

-
Par , France Bleu Provence

Alors que l'approvisionnement du vaccin Pfizer reste incertain dans les prochains jours, France Bleu Provence a voulu savoir comment la chaîne du froid est respectée. Des "super-congélateurs" aux Ehpads ou centres de vaccination, le transport des doses est-il optimal ?

Le vaccin Pfizer doit-être conservé entre 2 et 8 degrés au maximum 5 jours (photo d'illustration).
Le vaccin Pfizer doit-être conservé entre 2 et 8 degrés au maximum 5 jours (photo d'illustration). © Maxppp - hleguellec

En plein rebond de l'épidémie, les vaccins sont plus que jamais la seule arme anti-Covid en complément des gestes barrière. Mais l'approvisionnement des doses reste très incertain au point que dans plusieurs régions de France, les ARS doivent déprogrammer des injections, par manque de vaccins. 

L'autre interrogation, c'est le respect de la chaîne du froid. Le vaccin Pfizer - de très loin le plus utilisé en France - doit être conservé à moins 70 degrés. Les conditions de transport et d'utilisation sont très encadrées au risque de rendre le produit inefficace et donc de le jeter. 

France Bleu Provence a vérifié cette chaîne du froid.

Comment est garantie la chaîne du froid dans le transport du vaccin ?

"On y prête attention, comme si c'était un petit bébé."  - Docteur Maxime Mendelsohn, pharmacien

Première étape du laboratoire (l'un des cinq retenus en France par Santé publique France) qui conserve les doses par moins 70°C destinées à tout le sud du pays de Menton à Toulouse en passant par la Corse, à la pharmacie. Le transport est assuré par le laboratoire pharmaceutique.

"C'est vraiment un transport frigorifique, explique le docteur Maxime Mendelsohn, pharmacien à Mallemort dans les Bouches-du-Rhône, c'est à dire que quand vous récupérez vos cartons de vaccins, vous sentez bien qu'ils ont été à la température d'un frigidaire pendant tout le transport"

Le pharmacien a ainsi conservé entre 2 et 8 degrés, les 800 doses commandées pour 12 Ehpads avant de livrer, lui-même, en trois fois avec sa voiture. C'est la deuxième étape. "On y prête attention comme si c'était un petit bébé. On a des caisses réfrigérées dans lesquelles on mesure la température donc il n'y a jamais eu plus de deux heures entre le frigo de la pharmacie et les Ehpads". 

Arrivé à destination, le vaccin est conservé entre 2 et 8 degrés, cinq jours au maximum. Jusqu'à la piqûre. Christine André, cadre de santé dans un Ehpad à Rognes, vient de pratiquer 80 injections. "Je ne sors les doses qu'au fil de la préparation et de l'administration des produits, détaille l'infirmière. Ca reste vraiment pas longtemps à l'air libre. 30 minutes grand maximum"

"Je me suis surpris à rouler très lentement pour qu'il y ait le moins de mouvement possible sur les dos-d'âne ou dans les virages." - Docteur Maxime Mendelsohn, pharmacien

Il faut dire que si le vaccin est sensible aux températures, il demande aussi à être manipulé avec beaucoup de précautions pour garantir son efficacité. "Effectivement on sait que c'est un produit sensible, explique Maxime Mendelsohn.

"L'élément le plus important, c'est que le vaccin est parfaitement maintenu dans son conditionnement. Les flacons sont très, très petits. Ils sont positionnés dans du polystyrène, à l'intérieur de petites caisses en carton et déjà, ils ne bougent pas du tout.

Mais effectivement, je me suis surpris à rouler très lentement pour qu'il y ait le moins de mouvement possible sur les dos-d'âne ou dans les virages. Je pense que chaque pharmacien en charge de cette logistique ont prêté une attention particulière à pas trop remuer les flacons".

Le vaccin Pfizer exige des conditions de transport strictes pour garantir son efficacité.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess