Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vaccin contre la grippe : des pharmacies de Savoie et Haute-Savoie déjà en rupture de stock

-
Par , , France Bleu Pays de Savoie

Quatre jours après lancement de la campagne de vaccination contre la grippe, certaines pharmacies des Pays de Savoie ont été dévalisées. "C’est une situation totalement inédite", confie le vice-président de la FSPF en Rhône-Alpes et Haute-Savoie.

Vaccin contre la grippe, les pharmacies des Pays de Savoie déjà en rupture de stock. (Photo d'illustration)
Vaccin contre la grippe, les pharmacies des Pays de Savoie déjà en rupture de stock. (Photo d'illustration) © Radio France - Richard Vivion

"Des vaccins contre la grippe ? Non, nous n’en avons plus." Au bout du fil, cette pharmacienne d’Annecy raconte comment elle a été dévalisée. "Nous avons vendu nos 230 vaccins en deux jours et j’ai une liste d’attente de plus de 70 personnes." Quatre jours après lancement de la campagne de vaccination contre la grippe, l’ensemble des pharmacies des Pays de Savoie et de Haute-Savoie ont été prises d’assaut. 

De nouvelles livraisons doivent arriver prochainement

C'est le cas aussi à Chambéry, où Sophie Marcou a carrément mis une affichette à l'entrée de son officine : "Plus de vaccins ..."."En trois jours, on a pratiquement écoulé la quantité de vaccins qu'on avait eu l'année dernière pour toute la saison", explique la pharmacienne. 150 doses au total, et désormais il faut attendre une nouvelle livraison début novembre. "Alors en attendant je prends les réservations", confie Sophie Marcou. 

Cette rupture de stock rappelle à la pharmacienne la pénurie de masques il y a quelques mois. "Les gens en ont un peu marre, à chaque fois qu'on a besoin de quelque chose niveau santé on n'est pas fourni", s'agace Sophie Marcou. "Aux infos, ils disent de se protéger mais derrière nous on ne peut pas suivre, ça pose un peu problème au niveau de la clientèle."

A Chambéry, une affichette annonce la rupture de stock.
A Chambéry, une affichette annonce la rupture de stock. © Radio France - Tommy Cattaneo.

📻 Écoutez Guillaume Dessard, vice-président pour Rhône-ALpes et la Haute-Savoie de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) 

"C'est une situation inédite", Guillaume Dessard est le vice-président pour Rhône-ALpes et la Haute-Savoie de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF).

"En Haute-Savoie, la demande est huit à dix fois supérieur à celle de l’année dernière", confirme le vice-président pour la Haute-Savoie de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF). "C’est totalement inédit comme tout ce qui se passe aujourd’hui, poursuit Guillaume Dessard. Le premier jour j'ai personnellement vendu plus de 100 vaccins contre une quinzaine habituellement." 

Rupture de stock, pas encore de pénurie

Trop tôt pour parler de pénurie ? "Aujourd’hui, nous sommes en rupture de stock mais nous allons recevoir de nouvelles doses dès la semaine prochaine", explique le pharmacien. "Pour l’instant la quasi-totalité des clients venues chercher leur vaccin sont des personnes prioritaires disposant du bon envoyé par la Sécu (1,4 millions de personnes âgées ou vulnérables). Il y a très peu de demandes spontanées ce qui rend les choses plus faciles à gérer." 

La crainte du duo grippe-Covid explique en partie les difficultés à trouver un vaccin. Mais il y aussi selon le vice-président de la FSPF en Haute-Savoie des raisons structurelles à ce problème. "D’habitude, les laboratoires livrent la totalité des doses aux pharmacies en une seule fois mais cette année ils ont voulu cadencer les livraisons." Le prix français du vaccin aurait également une incidence. "Chez nous, il n’est pas très cher, avance Guillaume Dessard. Les labos qui produisent pour le monde entier préfèrent peut-être le vendre dans des pays où il est plus élevé." 

Les médecins conseillent de se faire vacciner mi-novembre

Pas de panique si vous avez un bon et que vous n'avez pas encore pu vous faire vacciner. De nouvelles livraisons sont prévues. En plus, il n'est pas nécessaire de se faire vacciner si tôt dans la saison selon des médecins. Eux conseillent de le faire à la mi-novembre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess