Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vaccins, salaires, transports : tout ce qui change le 1er janvier

Le début de chaque nouvelle année est l'occasion pour l'entrée en vigueur de réformes, de changements de tarifs ou de nouveaux dispositifs. Francebleu.fr fait le tour des changements qui interviennent ce lundi 1er janvier.

Une partie des grands changements de 2018
Une partie des grands changements de 2018 © AFP - Fred Tanneau / François Guillot / Philippe Huguen

Chaque début de mois, plusieurs mesures légales ou règlementaires entrent en vigueur. Mais le début d'une nouvelle année est souvent l'occasion de mettre en place de plus nombreux changements, affectant aussi bien le monde du travail que la vie quotidienne.

Cette année, de nombreuses mesures issues des premiers mois de la présidence d'Emmanuel Macron entrent en vigueur, mais pas seulement. France Bleu fait le tour des grands changements de ce début 2018.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Santé

Onze vaccins désormais obligatoires

La mesure a été annoncée en milieu d'année par la ministre de la Santé Agnès Buzyn : onze vaccins, contre trois actuellement, deviennent obligatoires pour tous les enfants nés avant le 1er janvier. Ils comptent notamment parmi eux la coqueluche, l'héptaite B, le pneumocoque, etc. Et ces vaccins seront obligatoires pour la vie des enfants en collectivité, notamment dans les crèches et les écoles.

Nouveaux tarifs pour les soins dentaires

Ce 1er janvier entre en vigueur la première étape du plafonnement des tarifs des prothèses, qui passent à 550 euros pour une couronne céramométallique (elle passera à 510€ en 2020). Le traitement d'une carie, en revanche, passe de 41 à 67 euros. Quant à la couronne métallique, elle passe à 250 euros au lieu de 230 jusqu'à présent. De nouveaux actes bénéficieront d'une prise en charge complète.

Hausse du forfait hospitalier

Il passe à 20 euros au lieu de 18 à l'heure actuelle dans les hôpitaux et les cliniques, et de 13,5€ à 15€ dans le service psychiatrique d'un établissement de santé. Une hausse censée rattraper l'inflation depuis 2010, selon la ministre de la Santé Agnès Buzyn. Ce forfait sera payé par les mutuelles.

© Visactu

Vie quotidienne

La pub interdite dans les émissions pour enfants

C'est l'une des mesures engagées dans le cadre de la lutte contre l'obésité infantile : à compter de ce lundi, il n'y aura plus de publicité à la télévision avant, pendant et après les émissions destinées aux jeunes de moins de 12 ans. Une mesure qui ne sera valable que sur les chaînes du service public (France 2, France 3, France 4, France 5 et France Ô).

Tourisme : les commentaires sur Internet mieux contrôlés

A partir de ce lundi, les contrôles sur les sites Internet de commentaires de lieux touristiques comme Tripadvisor vont être renforcés, pour limiter les faux avis. Il sera notamment obligatoire de préciser les critères qui déterminent le classement d'un établissement, ou de mentionner les commentaires payés.

Nouvelle hausse des prix du gaz

Les tarifs règlementés du gaz naturel, appliqués par Engie (ex-GDF Suez) augmentent en moyenne de 6,9% en ce mois de janvier. Tous les autres contrats devraient aussi être touchés, car cette hausse est le fait d'une taxe.

Les hausses et baisses du gaz
Les hausses et baisses du gaz © Visactu

Un "chèque énergie" à la place des tarifs sociaux

Finis les tarifs sociaux du gaz et de l'électricité. A partir de ce 1er janvier, ils sont remplacés par un "chèque énergie" d'une valeur de 150 euros en moyenne, pour aider les foyers les plus précaires à payer les leurs factures. Environ quatre millions de foyers recevront ce versement au printemps.

Une baisse (provisoire) des prix du tabac

C'est une respiration de courte durée pour les fumeurs : ce 2 janvier, certaines marques de cigarettes vont voir leur prix baisser de vingt centimes. Une baisse permise par un ajustement des fabricants. Mais celle-ci sera largement compensée dès le mois de mars par une hausse de 1,10 euro.

© Visactu

Transports

Les amendes de stationnement désormais fixées par les villes

Finie la contravention, place au "forfait post-sationnement" (FPS). Désormais, les municipalités vont décider du tarif de stationnement ainsi que du montant du forfait remplaçant l'amende, les infractions étant désormais dépénalisées. Ville la "plus sévère de France", Lyon a fixé son FPS à 60 euros. A Paris la pénalité s'élève à 50 euros.

Prix à la pompe

Le litre de gazole augmente de 7,6 centimes et celui de l'essence de 3,84 centimes. Le gouvernement entend aligner la fiscalité du gazole sur celle de l'essence d'ici 2021.

Les nouveaux Vélib

Les nouveaux Vélib', dont un tiers d'électriques, devaient être déployés dans les rues de Paris et d'une soixantaine de communes autour de la capitale ce 1er janvier. Mais toutes les stations ne seront pas prêtes à temps. La Ville de Paris a annoncé des mesures compensatoires : 3 heures offertes pour les abonnés. Quant à ceux qui souhaitaient souscrire un abonnement en ce début d'année, ils vont bénéficier de 50% de réduction en janvier, février et mars.

Le "plan de mobilité" 

Les entreprises de plus de 100 personnes auront à présenter un "plan de mobilité" concernant leurs salariés. C'est imposé par la loi sur la transition énergétique. Objectif : favoriser les modes de déplacement doux, comme le vélo et limiter l'empreinte environnementale de l'entreprise.

Prime à l'auto

Désormais, les automobilistes désireux de remplacer leur vieille voiture par un véhicule neuf ou une occasion récente bénéficieront d'une prime de 1.000 euros, voire de 2.000 euros, s'ils sont non imposables. Cela concerne les modèles essence d'avant 1997, et les Diesel datés de 2001 ou 2006. Cette "prime à la conversion" montera à 2 500 euros pour l'achat d'un modèle électrique. Objectif : sortir 100 000 véhicules polluants du parc en 2018.

© Visactu

Travail et pouvoir d'achat

Entrée en vigueur de la feuille de paie simplifiée

Obligatoire depuis un an dans les entreprises de plus de 300 salariés, le bulletin de paie simplifié est généralisé. Il comporte deux fois moins de lignes qu'une bulletin "classique". L'objectif est de rendre les informations plus lisibles.

La nouvelle fiche de paie
La nouvelle fiche de paie © Visactu

Le retour de la carence pour les fonctionnaires

Le jour de carence en cas d'arrêt maladie est rétabli pour les fonctionnaires. Décrié par les syndicats, il avait été mis en place par le gouvernement de Nicolas Sarkozy en janvier 2012, puis supprimé en 2014 sous le mandat de François Hollande. L'arrêt maladie sera désormais rémunéré à partir du deuxième jour. Le gouvernement entend lutter contre "le micro- absentéisme qui désorganise les services". 

Les cotisations des indépendants 

Le régime social des indépendants va être progressivement intégré au régime général. L’appellation "régime social des indépendants" disparait ce 1er janvier, mais l’intégration du RSI au régime général de Sécurité sociale se déroulera durant une période transitoire de deux ans. L'objectif est d'améliorer la qualité de service, simplifier des démarches. Les indépendants vont aussi bénéficier de deux baisses de cotisations. 

Un coup de pouce pour le Smic 

A partir de ce 1er janvier, un salarié au Smic touchera 20 euros de plus. En octobre, ils toucheront encore 15 euros de plus. Des hausses permises par la revalorisation mécanique annuelle du salaire minimum, mais aussi par l'exonération de cotisations (voir ci-dessous). 

CSG et cotisations 

La contribution sociale générale (CSG), payée par les salariés mais aussi par les retraités et les indépendants, augmente de 1,7 point ce 1er janvier. Cela représente un prélèvement de 20 milliards d'euros pour l'année 2018. 

En contrepartie, les cotisations sociales (maladie et chômage) vont baisser dès le premier jour de l'année, à hauteur de 2,2 points pour les salariés, qui bénéficieront en octobre d'une baisse supplémentaire de 0,95 point. 

En revanche, cela ne touche pas les retraités : pour une partie d'entre eux (les pensions supérieures à 1.199€) la pension va baisser en raison de la hausse de la CSG.  

A qui va profiter la hausse de la CSG ?
A qui va profiter la hausse de la CSG ? © Visactu

Calcul des allocations 

Les plafonds de ressources utilisés dans le calcul des allocations familiales sont revalorisés à hauteur de 0,2%. Cela est aussi valable pour le complément familial, la prestation d'accueil du jeune enfant ou encore l'allocation de rentrée scolaire.  

Taxe d'habitation 

C'est la réforme fiscale emblématique voulue par Emmanuel Macron : la suppression progressive de la taxe d'habitation pour 80% des contribuables, soit plus de 17 millions de ménages, d'ici à 2020. La réforme de la taxe d'habitation débutera par une première baisse de 30%, soit 3 milliards d'euros.  

Deux étapes similaires suivront en 2019 et 2020, avec des réductions de 6,6 milliards d'euros et de 10,1 milliards, aboutissant à la suppression de cette taxe pour les ménages concernés. Le gouvernement a promis de compenser "à l'euro près" le manque à gagner pour les communes. 

© Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess