Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Vaches à hublot : injures et menaces pour la propriétaire du château de Sourches, confondu avec la ferme expérimentale

-
Par , France Bleu Maine, France Bleu

Depuis la publication par L214 de vidéos de vaches "à hublot" à la ferme expérimentale de Sourches ce jeudi 20 juin 2019, la propriétaire du château sarthois du même nom, situé juste en face, est assaillie de coups de fil injurieux. Sauf que les deux structures n'ont absolument aucun lien.

Le château de Sourches, connu pour son conservatoire de la pivoine, a été confondu à tort avec la ferme expérimentale du même nom
Le château de Sourches, connu pour son conservatoire de la pivoine, a été confondu à tort avec la ferme expérimentale du même nom - Château de Sourches

Sourches, Tennie, France

"Salope, on aura ta peau ! Bande d'assassins ! C'est dégueulasse ce que vous faites !" : après une douzaine de coups de fil injurieux et menaçants ce jeudi 20 juin 2019, la propriétaire du château de Sourches (Sarthe), a fini par ne plus répondre au téléphone. Bénédicte de Foucaud a vite compris que son domaine, situé juste en face de la ferme expérimentale du groupe Avril, était à tort considéré comme abritant des vaches à fistule, surnommées "vaches à hublot". Une pratique ancienne mais mise en lumière par des vidéos de l'association L214.

Les deux structures n'ont rien à voir

Pour Bénédicte de Foucaud, c'est un coup dur, alors qu'elle se bat depuis plusieurs années pour médiatiser le conservatoire de la pivoine qu'elle a créé au château. "Les visiteurs qui viennent au jardin depuis 2015 repartent vraiment heureux d'avoir passé deux heures au milieu du bruit des abeilles et du chant des oiseaux. Aujourd'hui, on n'entend que le mot Sourches sur les ondes, et je ne veux pas que les gens m'associent à ça et puissent croire que je les ai trahis, que je les ai trompés. La ferme, ce n'est pas moi, ça n'a rien à voir avec le château". 

Le château de Sourches accueille ce week-end des 22 et 23 juin 2019 son traditionnel concours d'attelage. "Je ne peux même pas décrocher le téléphone pour répondre aux participants", se désole Bénédicte de Foucaud.