Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Val d'Arly : trois habitants montent sur le toit du presbytère de Chaucisse pour empêcher sa démolition

mardi 5 juin 2018 à 11:29 Par Bleuette Dupin, France Bleu Pays de Savoie

Au lendemain de l'arrivée des premiers engins pour commencer la démolition du presbytère de Chaucisse, trois habitants de ce hameau de Saint-Nicolas-la-Chapelle (Savoie) sont montés sur le bâtiment ce mardi matin. Le bras de fer continue avec le maire.

Trois défenseurs du presbytère de Chaucisse sont montés sur le toit pour empêcher la démolition du bâtiment.
Trois défenseurs du presbytère de Chaucisse sont montés sur le toit pour empêcher la démolition du bâtiment. -

Saint-Nicolas-la-Chapelle, France

Ce mardi matin, l'entreprise mandatée par la mairie de Saint-Nicolas-la-Chapelle pour démolir le presbytère de Chaucisse construit par les habitants a trouvé des billot de bois sur la route, rapidement écartés pour faire passer ses engins. En milieu de matinée, trois opposants à la démolition sont montés sur le toit et se sont attachés.

L'avocat de l'association Avenir de Chaucisse nous a confirmé qu'il déposait dans la journée un recours en référé pour excès de pouvoir devant le tribunal administratif de Grenoble. Il souligne que le maire refuse de fournir l'ordre de démolir.

Le maire veut faire démolir le bâtiment pour des questions de sécurité. Pour la vingtaine d'habitants permanents du hameau, il n'y a aucune urgence. Ils se disent prêts à financer les travaux de rénovation, comme ils l'ont fait en 2011 pour le toit et la façade de l'église.