Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Val d'Oise : un migrant protège une étudiante, la famille veut l'aider à s'installer en France

-
Par , France Bleu Paris
Saint-Ouen-l'Aumône, France

En rentrant de ses cours en train un soir, Camille s'est retrouvée suivie par un voyageur menaçant. Ibrahim, un jeune migrant soudanais, est restée avec elle jusqu'à ce que sa famille la récupère sur le quai. La mère de Camille veut maintenant l'aider dans ses démarches administratives.

Ibrahim, migrant soudanais de 22 ans, est venu en aide à Camille alors qu'elle était menacée dans les transports
Ibrahim, migrant soudanais de 22 ans, est venu en aide à Camille alors qu'elle était menacée dans les transports © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

C'est un trajet en Transilien qui a commencé comme un film d'horreur pour Camille, 20 ans. Alors qu'elle rentre de ses cours mi-décembre, à 21 heures 30, en discutant par sms avec une amie, cette dernière reçoit des messages inquiétants. "Quelqu'un a vu le numéro de mon amie sur mon portable et lui a envoyé des messages pour lui dire qu'il allait voler mon téléphone, qu'il allait me suivre, que ça allait finir comme dans le film d'horreur Saw", raconte Camille.  

Il est 21h30, quelqu'un dans le train m'observe et peut passer à l'action à tout moment. C'est angoissant !

Elle se doute que la personne cherche surtout à lui faire peur, mais ne peut s'empêcher de paniquer. "J'ai appelé ma mère, qui devait venir me chercher à la gare de Saint-Ouen-L’aumône, pour lui dire que j'avais un problème", explique Camille. "Elle n'a pas donné plus de détails, donc c'était assez inquiétant, ajoute sa mère Marie. On s'est postés à plusieurs endroits du quai pour pouvoir la récupérer immédiatement". 

Lorsqu'elle descend du train, Camille est accompagnée d'Ibrahim, un jeune migrant soudanais, qui s'est proposé de rester avec elle pour être certain qu'il ne lui arrive rien. "Elle avait peur et beaucoup  de gens sont descendus du train avant, explique-t-il, donc j'ai préféré rester avec elle". "Il ne parlait qu'anglais donc je lui ai expliqué la situation, indique Camille. Comme il s'arrêtait à la même station, il est resté avec moi jusqu'à ce que je sois avec ma famille". Le jeune homme s'est alors rapidement éclipsé, "on a à peine eu le temps de lui dire merci".

Aider Ibrahim à s'installer en France

Reconnaissante envers Ibrahim d'avoir accompagné sa fille, Marie entreprend alors de le retrouver. "On s'est doutées qu'il était hébergé au centre pour migrants de Saint-Ouen-L'Aumône, étant donné qu'il ne parlait pas français et qu'il m'a dit n'être là que pour trois mois", explique Camille. Elle a revu Ibrahim la semaine dernière, et en a profité pour lui offrir des chocolats. "Pour lui, c'était normal de m'aider", indique Camille. "Ça nous semblait important de dire au centre ce qu'il avait fait, ajoute Marie, car ça montre son esprit de solidarité et de citoyenneté. On entend plutôt un discours inverse sur les migrants". Mère et fille avaient d'ailleurs participé à des manifestations pour défendre l'ouverture de ce centre pour migrants l'été dernier, redouté par certains riverains. 

"J'espérais que cette bonne action soit marquée dans le dossier d'Ibrahim pour l'aider à s'installer en France. Je voudrais l'accompagner dans ses démarches pour trouver les bons interlocuteurs", conclut Marie. Ibrahim est en procédure Dublin, car il est arrivé en Europe en passant par l'Italie. Il se verrait bien rester en France : "j'ai fait une demande d'asile, je suis en attente de la réponse. J'aimerais bien rester en France, et avoir des papiers pour travailler".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess