Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vallée d'Ossau : une navette pour limiter les voitures sur le parking de Bious-Artigues

-
Par , France Bleu Béarn Bigorre

Un parking bondé et des routes parfois coupées pour éviter les embouteillages : voilà à quoi ressemble souvent Bious-Artigues (Pyrénées-Atlantiques) pendant l'été, zone très prisée pour aller faire le tour des lacs d'Ayous notamment.

Le lac de Bious-Artigues dans la vallée d'Ossau
Le lac de Bious-Artigues dans la vallée d'Ossau © Maxppp - Patrice HAUSER

Pas question de revivre ce qu'il s'est passé l'an dernier autour du parking de Bious-Artigues, sur la commune de Laruns. Après le confinement, les touristes ont afflué, encore plus que d'habitude sur cette zone très prisée pour aller faire le tour des lacs d'Ayous par exemple. Résultat : un parking bondé très tôt, malgré ses 800 places de stationnement disponibles, et une route coupée plusieurs jours pour éviter des embouteillages monstres. 

Une navette à deux euros

L'office de tourisme a donc décidé de promouvoir beaucoup plus une navette, qui existe depuis plusieurs années déjà, et qui monte de Laruns jusqu'à Bious-Artigues et au Pourtalet. Ce bus part de Laruns, le matin, et va donc jusqu'au Pourtalet, en passant par Bious-Artigues, et redescend ensuite l'après-midi vers Laruns. "On a très peu, sur ces sites privilégiés, de places de parking tout le long", explique Corinne Crabé, la directrice de l'office de tourisme. "Évidemment, c'est vite rempli et évidemment, ce qu'on doit absolument éviter c'est de créer des zones où les gens se mettent à la queue leu leu", ajoute-t-elle. Surtout que ce site est sensible, avec un environnement protégé, donc il faut continuer "à les maintenir comme ils doivent être maintenus". 

"Il faut plus de fréquences" estiment certains randonneurs 

Du côté des randonneurs, l'idée est acceptée sur le principe. Mais il faut voir les conditions : combien de bus par jour et à quels arrêts par exemple ? "Un touriste, il peut aller se balader puis après le soir il peut aller boire un coup en Espagne et dans ce cas-là, la voiture, ils la prendront quand même", estime Jean-Maurice Cazaux-Bic, président du Clup Alpin Français, qui organise des randonnées notamment en vallée d'Ossau. Il faudrait donc selon lui prévoir plusieurs passages dans la journée, "pour ne pas que ce soit plus compliqué que ce qu'on fait actuellement". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess