Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'école de chiens guides pour enfants fête ses 10 ans à L'Isle-sur-la-Sorgue

lundi 1 octobre 2018 à 5:35 Par Manon Derdevet, France Bleu Vaucluse

La fondation Gaillanne à L'Isle-sur-la-Sorgue (Vaucluse) est la seule école en France qui forme des chiens guides spécialement destinés à des enfants.

Kilby est le chien guide de Lucas depuis deux ans
Kilby est le chien guide de Lucas depuis deux ans © Corbis - Manon Derdevet

L'Isle-sur-la-Sorgue, France

C'est une école unique en France qui a fêté ses 10 ans ce week-end des 29 et 30 septembre, à L'Isle-sur-la-Sorgue. La fondation Gaillanne, du nom de Frédéric Gaillanne, s'est donnée pour mission de dresser des chiens guides pour des enfants non voyants et mal voyants. Lui-même mal voyant, il a voulu "apporter ce regard pour deux, cette lumière sous les pas" à des enfants qui n'avaient jusque-là pas de structure dédiée pour cela.

En dix ans, la fondation a déjà formé 80 chiens pour des enfants qui viennent de toute la France mais aussi de toute l'Europe.  Pour ces enfants, plus qu'un animal de compagnie, les chiens sont de véritables compagnons de vie. 

"J'ai découvert le monde grâce à mon chien" Lucas, 18 ans

Avec son chien dans les bras,  Lucas a retrouvé le sourire. L'adolescent de 18 ans, malvoyant de naissance, a adopté Kilby il y a deux ans. Depuis ce jour, ce Saint-Pierre (croisement entre le labrador et le bouvier bernois) au pelage couleur crème a complètement changé la vie du jeune homme. "Je suis devenu plus sociable, plus épanoui. Quand j'étais seule avec ma canne blanche, j'étais très renfermé sur moi-même. Quand le chien est arrivé dans ma vie, je me suis ouvert au monde. Maintenant je peux voir des gens, bouger de chez moi le week-end et voir des amis. J'ai découvert le bus, le métro, j'ai découvert le monde grâce à mon chien" explique Lucas, très enthousiaste.

Kilby l'accompagne dans tous les moments de la journée du lever ou coucher en passant par les soirées avec les nouveaux copains de Lucas et aussi les cours au lycée. Cette famille qui vit à la frontière à la Belgique a traversé la France pour aller jusqu'à la fondation Gaillanne. Un long trajet largement gagnant pour Carine la maman de Lucas. " Lucas était un enfant renfermé, timide, il ne sortait pas, il n'avait pas d'amis. Depuis qu'il a Kilby, il a beaucoup pris confiance en lui, j'ai un nouveau fils !" se réjouit Carine. 

Lucas et Céline l'éducatrice de la fondation qui a dressé Kilby - Radio France
Lucas et Céline l'éducatrice de la fondation qui a dressé Kilby © Radio France - Manon Derdevet

Une équipe de six éducateurs de chiens guides dresse chaque année 10 animaux pour des enfants et adolescents âgés de 12 ans minimum. "Le rôle du chien est d'éviter les obstacles, aller chercher les passages piétons, de donner des marches, de chercher des portes et des sièges. Il doit sécuriser tout et rendre le déplacement beaucoup plus fluide" explique Céline, l'éducatrice de chiens guide qui a dressé Kilby. 

Les chiens doivent d'abord passer la première année de leur vie dans des familles d'accueil bénévoles avant d'être formés par les éducateurs. L'éducation du chien passe d'abord par une phase de dressage aux ordres de base ainsi qu'au contact avec les humains, puis ils vont dans la petite ville reconstituée dans la fondation où ils peuvent apprendre à évoluer dans une fausse ville avec des trottoirs, des fontaines et des petites routes. Dernière étape, le chien est emmené en ville pour se confronter à la circulation, aux bus et au métro par exemple.

Un nouveau chenil va même bientôt être construit pour permettre à plus d'enfants de se laisser guider par les chiens de la fondation. Seule ombre au tableau, la fondation manque de familles d'accueil et elle propose donc à tous les volontaires de candidater sur son site.