Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Vegans / bouchers : le débat sur France Bleu Occitanie

lundi 8 octobre 2018 à 10:31 Par Vanessa Marguet, France Bleu Occitanie

Faut-t-il manger moins de viande ? Carole Mare, la porte-parole de l'association L214 à Toulouse et Jean-Pierre Issolan, négociant, éleveur et gérant de la société Viandes-Occitanes à Montauban ont accepté de débattre sur France Bleu Occitanie.

Carole Mare de L214 et Jean-Pierre Issolan, gérant de Viandes Occitanes à Montauban.
Carole Mare de L214 et Jean-Pierre Issolan, gérant de Viandes Occitanes à Montauban. © Radio France - Vanessa Marguet

Toulouse, France

Des vitrines de boucheries brisées, taguées à Lille et dans le nord de la France, un abattoir incendié dans l'Ain, un message injurieux contre le boucher qui a trouvé la mort dans l'attaque du supermarché de Trèbes.... A chaque fois, ces actes sont attribués ou revendiqués par des militants vegans, qui refusent de se nourrir ou d'utiliser des produits du monde animal. 

Carole Mare, la porte-parole de l'association L214, qui dénonce l'exploitation des animaux, ne cautionne pas ces actions. Pour elle, "les caillassages n'ont pas été revendiqués. Rien ne prouve qu'il s'agit de militants animalistes. Si on voulait décrédibiliser ce mouvement qui est grandissant, on n'agirait pas autrement". Elle estime qu'il faut relativiser le mot violence.  "J'invite les auditeurs à regarder les vidéos qui ont été tournées dans les abattoirs en France, avec des images d'animaux séquestrés, mutilés." ajoute-t-elle.   

"Des actes anecdotiques"

Ces arguments font bondir Jean-Pierre Issolan, négociant, éleveur et gérant de la société Viandes-Occitanes à Montauban. Il s'emporte : "J'ai 58 ans, dans ma famille, je suis la 4e génération à faire de l'élevage et du bétail. Je n'aurais jamais pensé être traité de telle manière par des extrémistes. Madame nous dit que ce n'est pas prouvé que ce soient des anti-viandes qui fassent tous ces dégâts. On a parlé d'un abattoir incendié, c'est pas qu'on en a parlé, ça s'est passé , il y a eu des boucheries caillassées, qui ont reçu du sang artificiel. Mais quelle est cette société qui traite les gens qui travaillent comme ça ?"  

Jean-Pierre Issolan ajoute que les bouchers et les négociants ne devraient pas se retrouver à faire la police devant leur commerce, comme on a pu le voir dans le Nord, avec la mise en place de vigiles devant certaines boucheries. Et d'ajouter : "notre travail, c'est de travailler tous les jours de 4h du matin jusqu'au soir. Nous respectons, nous, le travail des autres".

Le ton monte entre les deux intervenants. Carole Mare, de l'association L214, rappelle qu'il y a aussi des dégradations commises lors des manifestations de la FNSEA et que "cela se chiffre en plusieurs millions d'euros". Elle explique que des "militants pacifiques reçoivent des coups, des jets d’œufs et de pisse" lors de ces manifestations. Elle ajoute que chaque année des "gens tuent et sont violents à la chasse". Pour elle en comparaison, "les bris de vitres c'est de la dégradation et c'est bien pratique aujourd'hui de mettre en avant ces actes anecdotiques". 

"Cela finira mal !"

Carole Mare estime qu'il est important de rappeler que "3 millions d'animaux sont tués par jour dans les abattoirs dans des conditions dévoilées dans nos vidéos. J'invite les gens à les regarder pour voir la réalité de ce que l'on a tous les jours dans nos assiettes." 

Jean-Pierre Issolan se met en colère. Il explique que "les animaux sont respectés dans nos élevages. Des exceptions, il y en a toujours, il y en a toujours eu. Mais dans l'élevage, dans la viande, le boucher est un passionné de son travail. Il mérite le respect. Et _les gens comme Madame ne respectent personne_. Leurs propos vont trop loin. Cela finira mal. Vous serez les responsables et vous un peu aussi les journalistes car vous médiatisez beaucoup trop les choses". Il ajoute qu'il y a eu des évolutions dans les abattoirs. 

Carole Mare lui répond que "les actes de brutalités,  de sévices et de mutilations, sont la norme et pas l'exception"

Réécoutez le débat en direct sur France Bleu Occitanie