Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Vélib' : des salariés grévistes convoqués au tribunal ce vendredi

vendredi 11 mai 2018 à 5:01 - Mis à jour le vendredi 11 mai 2018 à 9:55 Par Émilie Defay, France Bleu Paris et France Bleu

Des salariés grévistes de Vélib' sont convoqués au tribunal de grande instance de Paris ce vendredi alors que les négociations avec la direction de Smovengo sont au point mort.

Le service Vélib' est quasiment à l'arrêt faute de vélos disponibles
Le service Vélib' est quasiment à l'arrêt faute de vélos disponibles © Radio France - Emilie Defay

Paris, Île-de-France, France

La grève chez Vélib' se déplace sur le terrain judiciaire. Alors que le mouvement est entré dans sa quatrième semaine, 37 salariés grévistes sont convoqués devant le tribunal de grande instance de Paris vendredi à 15h00.

Depuis le 17 avril, une cinquantaine d'agents d'exploitation de Smovengo, l'opérateur de Vélib', a cessé le travail pour demander une revalorisation des heures de nuit et la majoration du travail les dimanches et jours fériés. Mais les négociations avec la direction sont au point mort.

Smovengo veut mener les discussions au tribunal", regrette un salarié de Vélib'

"Dans ces assignations, il y a de tout, explique ce salarié, qui a été assigné en référé par son employeur et qui préfère rester anonyme. En résumé, on nous reproche tout simplement d'avoir fait grève. Mais les dysfonctionnements ont commencé bien avant la grève. Nous mettre ça sur le dos, c'est vraiment déplorable".

La direction de son côté assure être toujours ouverte aux discussions. "Notre objectif est de sortir de la crise le plus rapidement possible", expliquait Jorge Azevedo, le directeur général de Smovengo lors d'une conférence de presse jeudi 3 mai. "Aujourd'hui, la grève et les dépôts bloqués freinent le déploiement en cours et le rééquilibrage du système".

Le plan d'urgence freiné par la grève

Lors de cette conférence de presse, Smovengo a présenté son plan d'urgence pour relancer Vélib'. Une semaine après, le service est toujours quasiment à l'arrêt avec à peine 5000 locations par jour, selon le compte-rendu actualisé présenté sur le blog de Vélib' Métropole.

Il faut dire que les Vélib' se font rares. Smovengo assure avoir retiré 3000 vélos bloqués en station mais n'en a remis que 2000 en circulation. Et l'opérateur reconnaît qu'il y a certainement encore d'autres vélos bloqués. 

La grève des agents de régulation freine le redéploiement. Les grévistes assure que Smovengo a recours à des intérimaires pour faire le travail à leur place. Une affirmation démentie par Jorge Azevedo, le directeur général.