Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un projet immobilier à Vence dans la foret de la Sine crée la polémique

-
Par , France Bleu Azur

À Vence, un projet immobilier prévoyant plus de 250 logements sociaux pourrait voir le jour en pleine forêt de la Sine. Une décision du préfet par arrêté qui met en colère la maire. Elle n'en veut pas et argumente que le terrain visé est tout sauf le bon endroit.

12 000  m2 figés par la préfecture dans forêt de la Sine
12 000 m2 figés par la préfecture dans forêt de la Sine © Radio France - Laurent Vareille

Le courrier est arrivé au mois de décembre et a très fortement surpris la mairie. Il prévenait la municipalité vençoise qu'un arrêté préfectoral venait d'être pris, obligeant la commune à construire sur un terrain de 12.000 m² plus de 250 logements sociaux. Une surprise surtout à cause de la localisation de cette parcelle à bâtir: en pleine forêt de la Sine. "C'est une zone qui est à plus de 3 km du centre ville. Il n'y a pas de commerces, pas d'école, les routes ne peuvent pas supporter une augmentation significative du trafic routier, explique Catherine Le Lan. En plus on est en zone de risque d'incendie et en secteur important pour le tourisme. C'est une aberration qui va à l'encontre de ce qu'y est préconisé en ce moment," poursuit la maire de Vence, très remontée contre ce projet.

Excentré de plus de trois kilomètres

Il faut dire que le projet a de quoi interroger. Les 270 logements qui pourraient voir le jour se trouvent complètement excentrés, à plus de trois kilomètres du centre ville, sans école, sans commerce et en plein milieu d'une zone boisée considérée par les habitants des communes voisines comme un lieu de promenade et de loisirs; sorte de poumon vert protégeant le moyen pays de l'agitation du littoral. "Si demander aux futurs habitants de ces logements sociaux de prendre leur voiture pour tout c'est faire du social, c'est être dans l'ère du temps alors je n'y comprends plus rien", renchérit Catherine Le Lan. "Le secteur n'est pas du tout adapté pour recevoir prés de 300 familles supplémentaires, explique Eric Georges, le président de l'association de quartier Vence-Ouest.

"Il faudrait faire de très gros travaux qui sont de toute façon impossible de par la topographie du terrain et des parcelles déjà construites". L'association fait savoir qu'elle a contacté ses homologues des communes de Saint-Paul, La-Colle-sur-Loup et Tourettes-sur-Loup pour les inclure dans une grande contestation. Toutes veulent soutenir la mairie de Vence qui souhaite discuter avec le préfet pour se mettre aux normes sur les logements sociaux mais qui prévient  également que des recours seront déposés si ce projet particulier était maintenu par les services de l'Etat.

Alors que dit la préfecture ?

Le sous-préfet de Grasse maintient lui le dialogue mais reste ferme.  "Un porteur de projet est venu nous trouver. Son projet et le terrain sont viables. Nous sommes allés sur place et nous sommes rendu compte que tout est bon, confirme Stéphane Daguin. Je ne vois pas pourquoi le projet ne se ferait pas !" La mairie a déjà fait savoir qu'elle avait l'intention de densifier le centre ville pour éviter l'étalement urbain. Un projet dans le quartier Chagall est en cours et prévoit des logements sociaux."S'il y a d'autres projets nous les accompagneront, en plus !" précise le sous-préfet qui compte bien ne pas relâcher la pression. 

Une pression qui pourrait monter dans les tours avec le député Loïc Dombreval qui appartenant à la majorité présidentielle pourrait se saisir du dossier pour le faire basculer. On imagine assez facilement de quel côté quand on sait que le PLU (plan local d'urbanisme) en vigueur actuellement et mis à mal par le préfet a été adopté quand il était lui même maire de Vence. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu