Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Vendée : la plupart des étudiants condamnés pour entrave contre le stand LGBT vont faire appel

-
Par , France Bleu Loire Océan

Au moins 10 des douze étudiants de l'Institut catholique de Vendée condamnés pour entrave à une manifestation du stand LGBT de Vendée au printemps vont faire appel, annonce leur avocat. Ils estiment les peines trop lourdes.

La salle des audiences pénales du tribunal de grande instance de La Roche-sur-Yon.
La salle des audiences pénales du tribunal de grande instance de La Roche-sur-Yon. © Radio France - Marc Bertrand

La Roche-sur-Yon, France

La grande majorité des douze étudiants de l'ICES, l'institut catholique de Vendée, condamnés pour avoir entravé une manifestation du stand LGBT de Vendée au printemps dernier vont faire appel. Début septembre, le tribunal correctionnel de La Roche-sur-Yon les a condamnés à des peines allant de 100 heures de travail d'intérêt général (TIG) à deux mois de prison avec sursis et 240 heures de TIG.

Au moins 10 étudiants vont faire appel

"C'est très lourd", estime leur avocat Benoît Fleury. "Surtout l'inscription au casier judiciaire de leur condamnation", estime-t-il. Et "on a rarement vu ce tribunal infliger autant d'heures de travail d'intérêt général, qui est quand même censé être la dernière alternative avant la prison !"

Un seul des étudiants condamnés a refusé de faire appel. Il avait écopé d'une peine moins lourde, 100 heures de TIG. Les autres estiment qu'ils peuvent obtenir une réduction de leur peine. Et l'un d'entre eux "ne peut matériellement pas faire les TIG, il a trop d'occupation avec ses cours pour effectuer 180 heures dans les 18 mois", affirme l'avocat.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu