Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vendée : une plaque en hommage aux victimes de pédocriminalité dans l'Église posée dans la cathédrale de Luçon

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Une plaque a été dévoilée à l'intérieur de la cathédrale de Luçon, en Vendée, ce dimanche 14 mars. Elle rend hommage à la soixantaine de victimes d'agressions sexuelles recensées dans le diocèse. "Faire mémoire pour les victimes, symboliquement", explique l'évêque François Jacolin.

La plaque se situe dans une des chapelles de la cathédrale de Luçon.
La plaque se situe dans une des chapelles de la cathédrale de Luçon. © Radio France - François Ventéjou

C'est une première en France. Une plaque en hommage aux victimes de pédophilie a été dévoilée, ce dimanche 14 mars, à l'intérieur de la cathédrale de Luçon, en Vendée, en présence de 300 personnes. Une soixantaine de victimes d'agressions sexuelles ont été recensées dans le diocèse de Luçon, des années 1940 à aujourd'hui. Pour l'évêque, François Jacolin, il s'agit de "faire mémoire pour les victimes, symboliquement". "On ne peut jamais réparer totalement, mais il faut faire tout ce que l'on peut faire pour aller dans ce sens-là", a-t-il déclaré.

"Rendre visible les traumatismes"

C’est les yeux mouillés que Louis-Marie, abusé trois fois par un prêtre, a regardé la plaque : "J’étais très touché par les paroles qui m’ont été dites, raconte-t-il en pleurs. Deux sentiments m’habitent : à la fois je me sens revivre, à la fois je repense à tout ce qui a été brisé dans ma vie. Et je ne sais pas si un jour, je pourrais retrouver la joie que j’avais quand j’étais petit. Constater la solidarité du diocèse est une étape importante pour moi." Jean-René, autre victime : "On y croit, on a longtemps hésité à y croire, maintenant c’est fait mais ce n’est qu’une étape."

La plaque inaugurée à Luçon "n'est sans doute pas la dernière", souligne la Conférence des évêques de France, en précisant qu'un autre projet "va également être discuté". Il s'agit de créer un "pavillon mémorial" national, qui pourrait être installé dans le sanctuaire de Lourdes, dans les Hautes-Pyrénées. Il comprendrait à la fois une sculpture monumentale, mais aussi une dimension muséographique avec des "récits de vie", une partie formation pour des religieux ou encore un lieu de ressources à destination des chercheurs. Ce pavillon vise à "rendre visible un traumatisme collectif et individuel et l'inscrire dans l'histoire de notre société et de l'institution Église", affirme Olivier Savignac, membre du collectif. Afin, notamment, que "cela ne se reproduise pas", mais également pour "faire mémoire" et "ne pas oublier les personnes décédées".   

Le 14 mars restera une date symbolique pour l’Église de Vendée.
Le 14 mars restera une date symbolique pour l’Église de Vendée. © Radio France - François Ventéjou

D'autres personnes agressées sont toutefois mesurées quant à la nécessité d'un tel lieu ou quant à sa forme. Il y a des divergences "entre les victimes restées dans l'Église et celles qui n'ont plus la foi", constate Jean-Pierre Sautreau, du collectif de victimes vendéennes. S'il salue le processus de repentance de l'évêque de Luçon, lui-même préférerait qu'un éventuel mémorial national soit installé sur un lieu "citoyen", "républicain" et non pas religieux comme à Lourdes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess