Société

Vendredi 13 : jour de chance pour les uns, de malheur pour les autres

Par Sébastien Garnier, France Bleu Hérault vendredi 13 janvier 2017 à 7:00

Le tabac du Nombre d'or quartier Antigone
Le tabac du Nombre d'or quartier Antigone © Radio France - Sébastien Garnier

Il existe au minimum un vendredi 13 dans l'année. En 2017, il y en aura deux. Ce vendredi 13 janvier et le 13 octobre. Jour de chance ou de malheur, cette superstition est exploitée par les sociétés de jeux d'argent comme la FDJ.

Chaque vendredi 13 Christophe P., gérant du tabac du nombre d'or a Antigone, voit débarquer de nouveaux clients.

"Ça gonfle un peu la recette mais pas autant qu'il y a quelques années".

Le plus souvent ils viennent faire un loto (la cagnotte contient 13 millions d'euros) ou gratter, pourquoi pas un ticket de "Fétiche 13", le nouveau jeu qui sort pour l'occasion.

Fétiche 13 le nouveau jeu à gratter de la FDJ - Radio France
Fétiche 13 le nouveau jeu à gratter de la FDJ © Radio France - Sébastien Garnier

Mais la plupart des accrocs aux jeux ne regardent pas le calendrier. Ils grattent, cochent ou parient toutes les semaines et souvent pour les mêmes raisons.

"C'est une passion, une adrénaline , je joue pour gagner de l'argent, même quelques centaines d'euros ça fait plaisir" (des joueurs réguliers)

Des joueurs croisés chez un buraliste de Montpellier

Au minimum, un vendredi treize dans l'année

Cependant, trois vendredis 13 peuvent être dénombrés par an, si et seulement si le premier jour de l'année est un jeudi, pour une année non bissextile ou si le premier jour de l'année est un dimanche, pour une année bissextile. De manière générale, dans le calendrier actuel, le 13 du mois tombe légèrement plus souvent un vendredi.

La phobie du vendredi treize s'appelle la paraskevidékatriaphobie.