Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Vente de dérivés de cannabis à Bordeaux : "Nous ne sommes pas des trafiquants de drogue"

mercredi 18 juillet 2018 à 18:57 Par Mélanie Juvé, France Bleu Gironde

A Bordeaux, au moins trois enseignes vendent des produits à base de cannabidiol (CBD), un dérivé du cannabis. En France ces produits sont autorisés sous certaines conditions. Cependant à Paris et à Bordeaux des gérants ont été mis en examen.

Bordeaux, France

Ne les prenez pas pour les fameux "Coffee shops" d'Amsterdam. Deux commerçants bordelais vendant des produits au cannabidiol refusent en tout cas l’amalgame. Depuis quelques mois, beaucoup d'enseignes de ce type ouvrent partout en France dont à Bordeaux. Mais le gouvernement a décidé d'en terminer avec ce qu'il qualifie de "zone grise du droit". La semaine dernière, quatre gérants de ces établissements à Paris ont été mis en examen notamment pour "détention" et "offre" de stupéfiants.

"Forte incompréhension"

C'est aussi le cas d'Elie Marty près de la Victoire à Bordeaux. Cet entrepreneur, placé également sous contrôle judiciaire, vendait notamment liquides ou fleurs de chanvre, saisis pour analyses. "On me reprochait de promouvoir l'usage du cannabis et également d'avoir des fleurs de cannabis. Ce sont des fleurs qui _possédaient un taux de THC en dessous de 0,2 %_. Cela me rend un peu triste, il y a une forte incompréhension. C'était écrit partout "ne pas fumer" dans ma boutique et uniquement destiné à l'infusion. Si la loi était parfaitement claire et que j'avais vu que je risquais cela, je peux vous assurer qu'en tant qu'entrepreneur je n'aurais jamais fait ça." 

Quartier Mériadeck, Laurie Couvidou vend également des huiles, crèmes à base de CBD et fleurs de chanvre. "Bien entendu cela m'inquiète car on se dit qu'on peut avoir droit aussi à une descente de police. Je vous assure que se lever comme ça pour aller travailler, ce n'est pas le mieux qu'on puisse faire. Nous ne sommes pas des trafiquants de drogue car vis à vis de la loi on est dans les normes." 

"On espère que le loi va évoluer dans le bon sens et qu'il y aura des décisions qui vont se prendre pour réglementer un peu plus le commerce de CBD en France. Pour que la loi soit appliquée partout pareil et qu'on sache nous où on va."  — Laurie Couvidou, gérante d'un commerce vendant des produits CBD

Des interprétations de la loi ? 

La molécule CBD, aux effets dits relaxants n'est pas interdite par la législation française. Selon un arrêté, l'utilisation du chanvre est autorisée à des fins industrielles et commerciales, sous forme de graines et de fibres, à condition que la plante ait une teneur inférieure à 0,2 % en THC, la substance psychotrope du cannabis. Dans ces dossiers, les débats portent sur l'interprétation de la loi estime Me Julien Plouton, avocat d'Elie Marty à savoir si les fleurs de cannabis "constituent ou pas une fibre végétale."

Explications de Me Julien Plouton, avocat au barreau de Bordeaux

Le 11 juin 2018, la Mildeca (Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives) a rendu un avis concernant l'usage du cannabidiol et explique que "la présence de THC dans les produits finis, quel que soit son taux, est interdite." Les gérants mis en examen risquent jusqu'à 10 ans de prison, la même peine que pour trafic de drogue. 

Reportage avec les vendeurs de CBD à Bordeaux.