Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Vente de l'AS Saint-Étienne : un nouveau candidat venu des Emirats, le club dément

vendredi 28 septembre 2018 à 6:05 - Mis à jour le vendredi 28 septembre 2018 à 12:27 Par Jeanne-Marie Marco, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

Selon le journal l'Équipe, un acheteur venu des émirats serait intéressé pour racheter l'AS Saint-Étienne. Le club dément et redit que l'ASSE n'est pas à vendre.

Le stade Geoffroy Guichard de Saint-Etienne (illustration)
Le stade Geoffroy Guichard de Saint-Etienne (illustration) © Maxppp -

Saint-Étienne, France

Après l'échec de cession au fonds d'investissement PEAK6 au printemps dernier, un investisseur venu des Émirates serait, selon le quotidien l'Equipe, dans les rangs pour racheter l'AS Saint-Etienne.

"Un particulier appartenant à l'une des six familles les plus puissantes du pays" serait en négociations avec les deux propriétaires du club à savoir Roland Romeyer et Bernard Caiazzo. Une avocate du barreau de Paris serait à la recherche d'un club français pour ce riche investisseur. Elle aurait déposé un dossier auprès de la banque Lazard, une "offre de 50M€, soit le montant réclamé par le tandem Caiazzo-Romeyer [...] aurait été transmise à Jean-Philippe Bescond, le directeur exécutif de Lazard, fin juillet". 

Les dirigeants de l'AS-Saint-Etienne réclameraient désormais davantage "Au regards des emprunts contractés et de l'explosion à venir des droits télé, Caiazzo et Romeyer auraient revu leur prix à 75M€" poursuit l'Equipe.

Les négociations devraient prendre fin au plus tard mi-octobre. Si elles n'aboutissent pas avec l'AS Saint-Etienne, l'investisseur des Emirats arabes unis pourrait se tourner vers un club espagnol selon le quotidien.

"Sans fondement" pour l'ASSE

Dans la foulée, vendredi, l’AS Saint-Etienne a démenti cette rumeur de vente. 

Dans un communiqué le club estime même que cette article est une tentative de déstabilisation avant le match de Monaco.  "Le club déplore encore une fois que des articles concernant la vente du club soient publiés le jour d’un match contre l’AS Monaco. Lors de la précédente rencontre de championnat face à cet adversaire, le 12 mai dernier, Jérôme de Bontin, dont on connaît les liens d’amitié avec la Principauté, avait nié être à l’origine de certaines rumeurs, ce qui n’avait pas convaincu les dirigeants. Cette fois-ci, il n’apparaît plus masqué et accorde une interview négative alors que l’ASSE s’apprête à disputer un nouveau match important contre l’AS Monaco.

Le projet présenté par Jérôme de Bontin n’apportait pas de garanties suffisantes pour assurer la pérennité de l’ASSE et lui permettre d’élever son niveau d’ambition."  

Jérôme Bontin, homme d'affaire franco-américain et ancien président de Monaco est donc pointé du doigt dans ce dossier comme étant le coupable de cette rumeur. 

" Le club pas à vendre" 

Les dirigeants vont même plus loin. Ils réaffirment que les deux coprésidents Roland Romeyer et Bernard Caiazzo ont décidé de garder la main sur le club.  "Le club n’est pas à vendre et aucun contact n’existe avec des repreneurs crédibles. Personne n’est autorisé à s’exprimer au nom des actionnaires qui ont, comme seul souci, de protéger l'ASSE. Le club entend rester concentré sur ses enjeux sportifs plutôt que de cautionner des rumeurs sans fondement. " 

Après le match contre Monaco vendredi soir, l'un des deux présidents de l'ASSE Bernard Caïazzo en a remis une couche : "Je n'ai jamais rencontré quiconque des Emirats ni du Moyen Orient, c'est ahurissant de sortir ce genre d'info." Selon lui, les journalistes de L'Equipe ont été "manipulés". "On a une bonne équipe, on n'est _pas du tout dans une stratégie de vente_", a-t-il répété.

L'interview de Bernard Caïazzo