Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Visite de Gérald Darmanin à Marseille : pour les habitants, tout ne passe pas par la sécurité

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Provence, France Bleu

Gérald Darmanin est en déplacement à Marseille ce jeudi et ce vendredi. Il a annoncé la semaine dernière le renfort de 300 policiers dans la ville.

Le ministre de l'Intérieur est en déplacement à Marseille ce jeudi et vendredi
Le ministre de l'Intérieur est en déplacement à Marseille ce jeudi et vendredi © Radio France - SPEICH Frederic

La semaine dernière, Gérald Darmanin a annoncé l'arrivée prochaine de 300 policiers à Marseille dont 100 rien que sur l'année 2021. Le ministre de l'Intérieur annonce que "la sécurité à Marseille est une priorité". C'est après une fusillade sur la passerelle de Plombières le 13 février que la visite du ministre à Marseille s'est décidée. Elle débutera ce jeudi et se poursuivra vendredi.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Gérald Darmanin sera également l'invité de France Bleu Provence ce vendredi 26 février entre 7h45 et 8h. Vous pourrez poser vos questions au ministre de l'Intérieur au 04.42.38.08.08

Brouille avec les élus

Cette annonce intervient après une polémique autour du moratoire sur la vidéoprotection portée par la nouvelle majorité marseillaise. Le 16 février dernier, Gérald Darmanin avait déclenché la colère de certains élus marseillais en affirmant qu'il avait lui-même "proposé de l'argent à la mairie de Marseille, par le préfet, pour de la vidéoprotection", mais que celle-ci avait "refusé" cette aide financière. "Il faut arrêter d'être pompier pyromane parfois", avait ajouté le locataire de la place Beauvau.

"Une bavure verbale", s'était empressé de répondre Yannick Ohanessian. L'adjoint au maire de Marseille en charge de la sécurité avait même reproché à Gérald Darmanin "de tenter en permanence de caresser l'électorat d'extrême-droite". Et de renchérir : "Jusqu'à preuve du contraire, une caméra n'a jamais arrêté le moindre voleur et encore moins un trafic de drogue."

Invité de France bleu Provence, l'adjointe à la mairie de Marseille Samia Ghali rappelle que la ville  était "en sous effectifs". "On nous a retiré 300 policiers entre 2012 et 2015.  Je n'appelle pas ça du renfort. Ce sont les policiers qui manquaient à la ville". 

Les habitants des quartiers nord attendent autre chose

Le ministre devra convaincre les élus mais aussi convaincre les habitants du bien-fondé de ses annonces. "On nous a déjà annoncé des renforts de police mais on ne les voit pas, dénonce Djamila Mustepha depuis le quartier de la Busserine, dans le 14e arrondissement de Marseille. Il ne faut pas faire que de la répression ! On a besoin d'aide, d'argent, de subventions, de personnels... Regardez le quartier, on dirait qu'il est abandonné !"

Salim Bouali est un ancien légionnaire, reconverti en médiateur de quartiers. Pour lui, rajouter des policiers n'est pas la bonne réponse pour améliorer la vie des quartiers : "Aucun gouvernement n'a fait de miracle contre la délinquance, la drogue. C'est aussi le rôle de la famille ! Il faut des moyens pour les professeurs, les psychologues, les éducateurs. Sinon ils ne pourront pas y arriver !" 

De son côté, Laurent Mucchielli, sociologue et directeur de recherche au CNRS abonde : "On a étudié 500 profils de mineurs délinquants à Marseille. Il faut travailler sur les violences intra-familiales, l'échec scolaire. C'est moins visible et les résultats sont surtout plus longs à obtenir." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess