Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Vers un mariage entre Le Loroux-Bottereau et Saint-Julien-de-Concelles ?

mercredi 31 janvier 2018 à 17:38 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan

Le-Loroux-Bottereau et Saint-Julien-de-Concelles ont décidé de lancer une étude pour s'assurer qu'une fusion serait favorable aux deux communes. Si c'est le cas, elles pourraient ne former plus qu'une seule et même ville dès janvier 2019.

Très proches géographiquement, les villes de Saint-Julien-de-Concelles et du Loroux-Bottereau réfléchissent à fusionner
Très proches géographiquement, les villes de Saint-Julien-de-Concelles et du Loroux-Bottereau réfléchissent à fusionner - Capture d'écran Google maps

Loire-Atlantique, France

Va-t-on bientôt célébrer l'union entre Le-Loroux-Bottereau et Saint-Julien-de-Concelles ? Le maire de Saint-Julien en a fait la demande à son voisin qui est bien tenté d'accepter. Mais avant de se lancer, les deux villes veulent d'abord faire réaliser une étude de faisabilité, c'est ce que viennent de voter leurs deux conseils municipaux. La décision finale devrait être prise début juillet pour une fusion éventuelle en janvier 2019.

Pendant longtemps, on s'est tourné le dos

Une fusion qui ne va pas de soi si on regarde le passif entre les deux communes. "Historiquement, Saint-Julien regarde vers la Loire et Le-Loroux regarde vers le vignoble. Pendant longtemps, elles se sont tourné le dos", reconnait Paul Corbet, le maire du Loroux. "Il y a aussi eu des rivalités, des guerres de clocher entre les deux", reconnait-il. "Encore récemment pour des histoires commerciales. C'est vrai que ça ne nous a pas aidé à nous rapprocher".

On travaille déjà ensemble, on se prête du matériel, etc

Pourtant, la proximité entre Le-Loroux et Saint-Julien est évidente. "Il n'y a que trois kilomètres entre nos deux centre bourgs. Quelques dizaines de mètres entre nos dernières constructions", souligne de son côté Thierry Agasse, le maire de Saint-Julien. La future gendarmerie sera construite entre les deux villes, les habitants de Saint-Julien vont à la piscine du Loroux et, inversement, les habitants du Loroux vont au plan d'eau de Saint-Julien. "Et les deux municipalités travaillent aussi ensemble sur des événement", poursuit l'élu. "On se prête du matériel, on a aussi acheté une machine en commun pour les terrains synthétiques..."

Au final, ça nous permettrait d'offrir de meilleurs services à nos habitants

Alors autant aller encore plus loin disent aujourd'hui les deux maires. "Ça nous permettrait de faire des économies d'échelles et d'avoir des services plus efficaces". Et, en se mariant, Saint-Julien-de-Concelles et Le-Loroux-Bottereau formeraient une ville de 15.000 habitants, ce qui permettrait, dans quelques années, à la communauté de communes de devenir une communauté d'agglo. C'est-à-dire une collectivité qui peut gérer ses propres transports et qui aurait aussi plus de poids face à Nantes métropole. "Au final, ça nous permettrait d'offrir de meilleurs services à nos habitants. Et qu'est-ce qu'ils veulent ? Une commune bien équipée, où ils trouvent tout à leur porte et où ils se sentent bien", conclut Pau Corbet.

Les conseils municipaux des deux villes ont voté à une large majorité le lancement de l'étude préalable à la fusion - Radio France
Les conseils municipaux des deux villes ont voté à une large majorité le lancement de l'étude préalable à la fusion © Radio France - Marion Fersing

Si l'opposition est trop forte, il n'y aura pas de fusion

Reste à s'assurer qu'une fusion serait bénéfique aux deux communes et réalisable en terme d'organisation et de moyens, c'est que doit dire l'étude qui va être menée jusqu'en mai. En parallèle, il y aura des réunions publiques, les habitants pourront donner leur avis et les deux maires prennent l'engagement que s'il sentent une forte opposition au projet ils l'abandonneront. Mais les premiers retours, ceux de leurs conseils municipaux et des agents des deux communes sont pour l'instant positifs.

Si la fusion est validée, elle devrait être votée début juillet et la ville nouvelle devrait voir le jour en janvier 2019. D'ici là, il faudra réorganiser les services, se mettre d'accord sur les impôts et les rythmes scolaires et aussi lui donner un nom. Là-dessus, les deux maires sont déjà d'accord : ce sera court et efficace.