Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vers une généralisation des caméras-piétons pour les forces de l'ordre d'ici 2022

-
Par , France Bleu Provence

Le 14 juillet, le président Emmanuel Macron a annoncé vouloir généraliser les caméras-piétons "avant la fin du quinquennat" pour les forces de l'ordre. Christophe Castaner avait déjà annoncé dès le 8 juin le renforcement de l'usage de ces caméras pour les contrôles d'identité.

Les caméras-piétons permettent à des agents de police ou de sécurité de filmer leurs interventions en direct
Les caméras-piétons permettent à des agents de police ou de sécurité de filmer leurs interventions en direct © Maxppp - René Bych

Des caméras-piétons équiperont d'ici la fin du quinquennat l'ensemble des forces de l'ordre, afin notamment de lutter contre les contrôles au faciès. Selon le chef de l'État qui l'a annoncé à l'occasion du 14-Juillet, ces caméras-piétons doivent permettre de "retracer la vérité des faits qui permettent de protéger, de rétablir (la) confiance". 

Ces caméras équipent déjà plusieurs brigades de policiers nationaux ou municipaux dans de nombreuses communes, comme à Marseille depuis décembre 2017, et permettent de procéder à des contrôles en évitant les tensions. L'annonce d'une généralisation est " tout sauf une nouveauté " pour Maître Alain Lhote, avocat et membre de la Ligue des Droits de l'Homme "c'est l'Arlésienne! C'est une annonce de pure circonstance. On est en 2020, ça a été annoncé en 2009 par Brice Hortefeux alors ministre de l’Interieur, idée reprise en 2012 par Manuel Valls..." 

Quant à l’argument du président de vouloir ainsi lutter contre  les  contrôles au faciès, aucune garantie pour Alain Lhote "cela ne garantit rien ! Qui empêche un fonctionnaire de police de ne pas mettre sa caméra-piéton en marche et de contrôler les gens comme ça ? Il manque encore des garanties sur l’utilisation des caméras et des images, c'est plus un problème de fond, et de déontologie policière que de matériel technique."

"Si c'est pour avoir des caméras de la police mexicaine d'il y a 20 ans, aucun intérêt !" - Rudy Manna, syndicat de police Alliance

Le syndicat de police Alliance se dit lui favorable à la généralisation des ces caméras-piétons. "On n'a rien à cacher, précise Rudy Manna, le secrétaire régional Alliance Police. Si c'est filmé de A à Z, ça va être du velours pour les policiers. On va pouvoir démontrer dans toutes les affaires où nous sommes parfois injustement accusés qu'en fait que ce n'est pas  forcément de la police que viennent les premières difficultés." 

Mais une inquiétude tout de même chez les policiers concernant la qualité du matériel : "10.000 caméras ont été achetées en 2018 pour deux millions d’euros, mais de mauvaise qualité. Elles sont extrêmement compliquées à utiliser, des batteries qui ne tiennent que deux heures... On est dans la police française, on sait comment ça fonctionne. J'espère qu'on va pas faire des économies sur le prix des caméras. Nous voulons du matériel de qualité pour faire du travail et des images de qualité."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess