Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes à Montpellier après les annonces du Premier ministre : "On veut plus que ça"

mardi 4 décembre 2018 à 17:24 Par Sébastien Garnier, France Bleu Hérault

Le Premier ministre a annoncé mardi la suspension de plusieurs mesures fiscales pour calmer la colère des gilets jaunes. Elles ne suffiront pas à satisfaire les gilets jaunes installés depuis le 17 novembre au rond-point des Près d'Arènes à Montpellier. Ils sont toujours aussi déterminés.

Les gilets jaunes ce mardi midi au rond point des Près d'Arènes à Montpellier
Les gilets jaunes ce mardi midi au rond point des Près d'Arènes à Montpellier © Radio France - Sébastien Garnier

Montpellier, France

Le Premier ministre a annoncé mardi la suspension de plusieurs mesures fiscales pour apaiser la colère des gilets jaunes.  Edouard Philippe a décliné les trois mesures censées "ramener l'apaisement et la sérénité dans le pays". Le plan de sortie de crise comprend un moratoire de six mois sur la hausse de la taxe carbone, un gel des tarifs du gaz et de l'électricité cet hiver et aucun durcissement du contrôle technique automobile avant l'été. Ces mesures devraient entraîner un manque à gagner de près de deux milliards d'euros pour les finances publiques.

Blocage levé à Brest, pas ailleurs

"Aucune taxe ne mérite de mettre en danger l'unité de la Nation", a fait valoir Edouard Philippe qui a également annoncé un "large débat sur les impôts et les dépenses publiques" qui sera engagé jusqu'au 1er mars. Ces annonces représentent un recul pour Emmanuel Macron qui, depuis le début de son mandat, était déterminé à "garder le cap".  Pour autant, cela risque de ne pas suffire, même si des manifestants ont décidé de lever le blocage du dépôt pétrolier à Brest, jugeant "satisfaisantes" les concessions de l'exécutif.  Ailleurs, les blocages continuent . 

Au rond point des Près d'Arènes à Montpellier les gilets jaunes installés depuis le 17 novembre ne semblent pas décidé à lever le camp. "C'est bien qu'ils commencent à nous écouter, mais c'est un peu tard et ça ne va pas suffire" lâche l'un d'eux. "Ce moratoire vise à nous endormir, nous refroidir mais nous sommes bouillants" ajoute un autre. 

Réactions de gilets jaunes des Près d'Arènes à Montpellier après les annonces du premier ministre