Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

"On veut un moratoire sur les taxes" le député Erwan Balanant reçoit des gilets jaunes du secteur Concarneau-Quimperlé

vendredi 30 novembre 2018 à 19:46 Par Benjamin Bourgine, France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique et France Bleu

Cela faisait partie des rencontres prévues depuis plusieurs jours. Le député du Finistère, Erwan Balanant a reçu deux délégations de gilets jaunes. La principale revendication du moment est un moratoire : pas de hausse des taxes pendant le temps de la concertation.

Dans le bureau du député du Finistère
Dans le bureau du député du Finistère © Radio France - Benjamin Bourgine

Concarneau, France

Depuis le début du mouvement, Emmanuel Macron et Édouard Philippe en ont fait un mantra : ils garderont le cap et ne reculeront pas. Pourtant, c'est une des revendications entendues dans le bureau du député Erwan Balanant ce vendredi à Concarneau : "On veut un moratoire. On nous demande de discuter pendant trois mois, c'est la concertation, on voudrait un geste pour nous donner de l'espoir"

Un moratoire de trois mois, ce serait un geste - Les gilets jaunes du secteur Concarneau-Quimperlé

Le député (Modem) du Finistère ne se dit pas opposé à l'idée "Pourquoi pas". Si elle a la vertu de ramener un dialogue serein, ce serait effectivement un premier pas. Aurélie et Laetitia, les deux animatrices du groupe Facebook de Concarneau veulent d'abord alerter sur les situations les plus dures qu'elles ont vues. "La hausse du gazole, dans les trésoreries, c'est une catastrophe ! Toutes ces hausses de taxes, ce n'est plus possible. On entend des gens qui nous disent *on demande à nos enfants de faire un effort à Noël, de ne pas demander trop de choses. Ils se privent de vacances* c'est dur, c'est vraiment dur".

Des réformes déjà engagées

Le député n'esquive pas, et tente de répondre : "Ce gouvernement veut vraiment faire changer les choses. Mais attention : dans les différentes demandes des gilets jaunes, il y a aussi des choses contradictoires ! Moins de taxes et plus de service public, ce n'est pas possible. Nous, on veut réussir à baisser les impôts, et faire non pas moins mais mieux de service public. Pour cela il faut moderniser et réformer. Nous avons baissé des cotisations et la taxe d'habitation, mais ça ne se voit pas forcément". 

Reportage à Concarneau chez le député Erwan Balanant

Le milieu médical pas convaincu

Réponse du tac au tac d'Aurélie, qui travaille dans le milieu médical : "La réforme dans le milieu hospitalier, on le voit, c'est moins de moyens, moins de lits". "Oui, mais Agnès Buzyn, la ministre de la Santé entame une refonte global du système de santé, ça prendra du temps" concède le député. "Mais déjà, nous avons arrêté avec le numerus clausus. Le régime du RSI, c'est fini. Il y a un certain nombre de choses qui ont déjà été faites" détaille Erwan Balanant.

L'État ne sait pas gérer ses comptes - Les gilets jaunes de Quimperlé

Avec le groupe de Quimperlé, le ton est monté d'un cran, tout en restant globalement correct. "On est tous en train de galérer, plus les années passent et plus on s'appauvrit, et nos enfants, ben... ben, on sait pas où on les emmène" assène Wilfried. Lui et les autres représentants de Quimperlé en veulent beaucoup au train de vie de l'État. "L'État dépense à tort et à travers, l'État ne sait pas gérer ses comptes, et nous on nous demande des agios dès qu'on est à découvert".

"J'entends cette colère, et je vois cette impatience qui était sans doute déjà là depuis très longtemps" analyse le député. Il s'engage à revoir les gilets jaunes s'ils continuent à s'organiser, se structurer et se présenter ainsi en délégation