Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une infirmière de Béziers cherche désespérément son père biologique

dimanche 13 mai 2018 à 8:12 Par Gaëlle Schüller, France Bleu Hérault et France Bleu

Infirmière à Béziers, Geneviève-Sarah cherche par tous les moyens à retrouver son père biologique lorsqu'elle ne travaille pas à l'hôpital. Devant le mutisme de sa mère et de son beau-père, elle envoie des courriers aux services administratifs et en appelle aujourd'hui aux médias.

Geneviève-Sarah sur les traces de son père biologique
Geneviève-Sarah sur les traces de son père biologique © Radio France - Gaëlle Schüller

Béziers, France

Geneviève-Sarah a aujourd'hui 49 ans et depuis 40 ans, elle veut savoir qui est son père biologique. En effet, dès l'âge de 8 ans et demi, dans cette famille où elle a été élevée avec son frère aîné et sa soeur cadette, elle s'est toujours sentie comme le canard boiteux de la famille. Si sa mère Marie-Rose n'a jamais caché que son frère était issu d'une précédente union, elle a toujours affirmé que son époux était bien le père de ses deux filles. Mais Geneviève-Sarah, face aux différences que faisaient ses parents entre leurs enfants, a très vite compris qu'il y avait anguille sous roche. 

Lorsque les doutes se transforment en certitude

La vie de Geneviève Sarah-Sarah va prendre un nouveau tournant lorsque, devenue adulte et mère, elle apprend qu'elle est atteinte d'une maladie génétique rare. Le corps médical suggère alors que tous les membres de sa famille proche effectuent des analyses pour savoir s'ils sont, eux aussi, porteurs du gène incriminé. Tous acceptent ...sauf celui qui se dit son père, sous prétexte qu'il n'en voit pas l'intérêt puisqu'il s'estime en bonne santé. Les doutes de Geneviève-Sarah s'accentuent. Elle demande alors à son frère et à sa soeur de se soumettre à des analyses complémentaires et le verdict tombe enfin : ils sont tous les trois de pères différents. 

Avec mon frère et ma soeur, on s'était imaginé manger tous ensemble : les pères, les mères, les frères, les soeurs ...mais ce n'est pas du tout ce qui s'est passé 

L'espoir de se retrouver tous ensemble a vite été "douché"

Quelques indices et un immense espoir 

L'infirmière biterroise passe aujourd'hui tout son temps libre à rechercher son père biologique. Face au mutisme de sa mère et de son beau-père, elle a pris contact avec des membres de la famille de sa mère qui a depuis longtemps coupé les ponts avec eux.  Aujourd'hui, Geneviève-Sarah  a enfin quelques indices et même s'ils sont pour le moment bien rares, elle s'accroche. Elle connaît désormais le prénom de son père : Dominique. Elle sait aussi qu'il était policier entre Montpellier et Narbonne à la fin des années 60 alors que sa mère était à la fac héraultaise Paul Valéry avant de partir brusquement à Roberval, petit village de l'Oise. 

Geneviève-Sarah a écrit à divers services de l'administration pour tenter de glaner des informations. Son espoir s'appuie aussi sur quelques photos récupérées chez des oncles et tantes prises lors d'un mariage en septembre 1968, six mois avant sa conception.  

Geneviève-Sarah est persuadée que son père biologique ne sait pas qu'elle existe. Elle veut le retrouver rapidement  car il doit aujourd'hui avoir entre 75 et 80 ans. Consciente qu'il est peut-être décédé, elle souhaite en tout cas qu'on lui parle de lui, de sa vie après sa relation avec sa mère Marie-Rose et peut-être faire la connaissance de ses autres frères et soeurs. En tout cas, affirme-t-elle, "quoiqu'il advienne, ce sera toujours mieux que de rester dans l'ignorance." 

Reportage sur la quête de Geneviève-Sarah

Dominique et Marie-Rose, les parents biologiques de Geneviève-Sarah en 1968 - Radio France
Dominique et Marie-Rose, les parents biologiques de Geneviève-Sarah en 1968 © Radio France - Gaëlle Schüller
Dominique, le père biologique de Geneviève-Sarah  - Radio France
Dominique, le père biologique de Geneviève-Sarah © Radio France - Gaëlle Schüller