Société

Viabilité hivernale : les dispositifs en marche dans le nord Franche-Comté

Par Nicolas Wilhelm, France Bleu Belfort-Montbéliard mardi 14 novembre 2017 à 18:50

Les engins sont prêts mais l'hiver n'a pas encore commencé
Les engins sont prêts mais l'hiver n'a pas encore commencé © Maxppp - Lionel Vadam

Un dispositif de viabilité hivernale est en place dans chaque département du Nord Franche Comté : le Territoire de Belfort, le Doubs et la Haute Saône. Il ne manque plus que la neige…

Les systèmes d’astreintes sont de retour dans les trois départements qui couvrent le nord Franche Comté. Dans le Territoire de Belfort, le Doubs et en Haute Saône, les dispositifs de viabilité hivernale sont activés depuis le 13 novembre.

1,8 millions d’euros dédiés au déneigement dans le Territoire de Belfort

Dans le Territoire de Belfort, 66 agents sont mobilisés sur 14 circuits prédéfinis. « 1,8 millions d’euros sont dédiés à la viabilité hivernale et au déneigement des routes. Notre objectif sur les 547 km du réseau départemental, c’est que chacun puisse circuler en toute sécurité. Je ne sais pas s’il y a moins de neige ou plus de neige qu’avant mais ce que je sais, c’est que lorsqu’il neige, il neige beaucoup sur le département. Dans ces moments, nous devons être en capacité de réagir avec efficacité » explique Frédéric Rousse, vice-président du Conseil Départemental en charge des routes. Il rappelle que le sel coûte moins cher depuis l'an dernier au département grâce à la mise en place d'un groupement d'achat avec 53 communes du Territoire de Belfort : on est passé de 85 à 55 euros la tonne. Le département assure aussi l’entretien de la route qui mène au Ballon d’Alsace côté Lepuix. Il n’y a pas de sel déposé sur cet axe mais des gravillons pour éviter toute pollution.

250 agents mobilisés sur les routes du Doubs

Dans le Doubs, le dispositif viabilité hivernale comprend 250 agents et 70 engins. En Haute Saône ou le réseau s'étend sur plus de 3 000 km, il y a trois axes prioritaires : la deux fois deux voies entre Lure et Luxeuil et les deux départementales qui permettent de relier Ronchamp à Lure et Héricourt à Montbéliard.

Les patrouilleurs sont nos yeux

Dans ces dispositifs, des acteurs jouent un rôle majeur : les patrouilleurs. Dans le Doubs, il y en a 48 qui travaillent de nuit à tour de rôle en fonction de la météo. « Ils sont mobilisables à tour de rôle. Ils sont nos yeux. Ce sont eux qui vont donner le feu vert aux cadres pour la sortie effective des engins. Ils roulent sur un circuit qui leur est imposé vers 3h du matin » explique Sébastien Hengy de la direction des routes au Conseil Départemental. Les patrouilleurs vont même jusqu’à proposer un dosage de sel aux chauffeurs des déneigeuses et saleuses.

Dans les villages, c’est parfois le système D

Dans les communes, le déneigement est l’affaire des services techniques qui gère les trottoirs et la voirie. C’est le cas à Belfort, Montbéliard et Héricourt. Héricourt possède deux camions munis de lame mais reçoit aussi l’aide d’une entreprise privée. Quand les services municipaux ne sont pas suffisamment équipés, ce sont des agriculteurs qui se chargent du déneigement comme à Dambenois ou encore Petit Croix. Et quand les communes ne sont pas équipées du tout, elles passent alors des contrats avec des sociétés du BTP, d’espaces verts comme à Vescemont, Brebotte, Auxelles Haut, …