Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - "Certaines ont repoussé trois fois leur mariage" : l'incertitude des magasins de robes de mariée

-
Par , France Bleu La Rochelle

La saison des mariage a débuté et le troisième confinement avec. Au showroom de Blanche à La Rochelle, les rendez-vous s'annulent et les futures mariées dépensent moins.

Dans son showroom à La Rochelle, Nadine reçoit ses clientes pour 2h lors du premier rendez-vous
Dans son showroom à La Rochelle, Nadine reçoit ses clientes pour 2h lors du premier rendez-vous © Radio France - Perrine ROGUET

"Les futures mariées arrivent stressées, l'incertitude devient difficile. Certaines ont repoussé deux voire trois fois leur mariage" Nadine, la créatrice de Blanche showroom à La Rochelle ne peut que constater les dégâts de la crise sanitaire. Alors que la saison des mariage est censée commencer avec le printemps, le troisième confinement vient remettre une dose de flou pour les futures mariées. 

mariage annulés, reportés et budget réduits

Depuis le début de la crise, Nadine a perdu deux tiers de son chiffre d'affaire. D'abord parce que les mariages sont annulés ou repoussés, mais aussi parce que ceux qui sont maintenus sont souvent cantonnés à une cérémonie civile. "les tenues sont plus simples, dans des prix qui tournent souvent entre 300 et 500 euros" explique Nadine. C'est un budget bien inférieur aux robes de cérémonies, qui tournent plutôt autour de mille euros, voire bien plus. 

l'espoir d'un 2022 meilleur

Pourtant Nadine voit l'avenir positif : "Si on arrive à se marier dans les conditions qu'on a toujours rêvé la mariée pourrait vouloir la robe dont elle a envie, peut importe son budget. Il y a une envie de lâcher prise, de se faire plaisir".

Une envie de lâcher prise qu'elle espère voir bientôt rayonner sur tous les professionnels du mariage. En France, les prestataires représentaient 3 milliards d'euros de chiffre d'affaire avant la crise. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess