Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Au moins 20 millions d'euros de rançon pour libérer les otages ?

- Mis à jour le -
Par France Bleu

Thierry Dol, Daniel Larribe, Pierre Legrand et Marc Féret sont libres. Arrivés mardi soir à Niamey (Niger), juste après leur libération, ils ont passé la nuit sur place avant d'embarquer ce mercredi matin dans l'avion qui les ramène sur le territoire français. Des proches des négociateurs nigériens affirment qu'entre 20 et 25 millions d'euros ont été versés pour la libération des quatre hommes.

Les visages des quatre ex-otages sur la façade de la mairie du 4e arrondissement de Paris
Les visages des quatre ex-otages sur la façade de la mairie du 4e arrondissement de Paris © Maxppp

Mardi soir, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a assuré que la France n'avait pas versé de rançon pour la libération des quatres otages d'Aqmi au Sahel, libérés quelques heures plus tôt après plus de trois ans de captivité, Thierry Dol, Daniel Larribe, Pierre Legrand et Marc Féret.

Pourtant, selon des sources proches des négociateurs nigériens, une somme a bien été versée pour obtenir la libération des quatre otages : entre 20 et 25 millions d'euros. Une somme qui incluerait à la fois le paiement des ravisseurs et celui des intermédiaires sur le terrain. On ne sait pas, en revanche, qui de l'Etat ou des employeurs des otages (Areva et une filiale du groupe Vinci) aurait payé ce montant.

Thierry Dol : "C'est une épreuve "

Quand un journaliste lui demande si sa libération s'est bien passée, Thierry Dol répond : "Vous le saurez très bientôt. Mais c'est une épreuve ". Ces quelques mots sont les premiers que l'on a pu entendre de la part de l'un des otages libérés mardi, après avoir passé plus de trois ans entre les mains d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Arrivée prévue à la mi-journée

Avec Daniel Larribe, Pierre Legrand et Marc Féret, les quatre otages ont passé la nuit à Niamey, au Niger. Ils ont embarqué mercredi matin aux alentours de 7h à bord d'un avion portant l'inscription "République Française". L'avion est attendu à la mi-journée à l'aéroport de Villacoublay.

Le correspondant de l'AFP qui a pu assister à l'embarquement a constaté qu'ils semblaient plus détendus que mardi soir, que tous étaient désormais habillés "à l'européenne", et que l'épaisse barbe qu'ils portaient après leur libération était rasée ou taillée.

Ils ont été "bien traités" selon Le Drian

Mardi soir, juste après leur libération, ils ont été reçus par le président nigerian, ainsi que par les ministres de la Défense et des Affaires Etrangères, Jean-Yves Le Drian et Laurent Fabius.

Interrogé ce mercredi matin sur RTL, Jean-Yves Le Drian a déclaré trouver les otages "en forme ". Il explique que les quatre hommes "déclarent avoir été bien traités, autant qu'on puisse l'être dans des conditions aussi rudes que sont les environnements désertiques du Nord Mali ".

 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess