Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

VIDÉO - Au pied des Pyrénées, un village en colère contre une antenne de téléphonie

-
Par , France Bleu Occitanie

A Ardiège (Haute-Garonne), un petit village du piémont pyrénéen, les habitants se mobilisent contre l'installation prochaine d'une antenne. Ils déplorent le choix du site, alors qu'un autre pylône existe sur les collines.

Elie, premier voisin concerné par le projet
Elie, premier voisin concerné par le projet © Radio France - Mathieu Ferri

Ardiège, France

Si vous habitez dans une zone blanche à la campagne, vous vous plaignez peut-être de mal capter avec votre téléphone, par manque de pylône. Mais au pied des Pyrénées, un village se plaint d'en avoir désormais trop ! A Ardiège (Haute-Garonne), dans le Comminges, 350 habitants près de Saint-Gaudens, l'opérateur Orange prévoit d'installer un nouveau pylône de 39m de haut (paratonnerre compris) pour la 3G/4G, et la 5G dans le futur. Mais selon les riverains, l'antenne, dont les travaux pourraient débuter en janvier, serait trop près des habitations, pour un gain de couverture peu évident, dans une zone plutôt correctement couverte. Mais l'opérateur explique que les besoins en données mobiles explosent, et que la couverture doit suivre.

"L'antenne ? Elle est en plein milieu de la figure ! " - Elie, le premier voisin 

L'affaire est d'abord privée, entre Orange et un propriétaire qui loue un terrain pour 3.000 euros par an. Mais elle remue deux villages : Ardiège et Cier-de-Rivière, car l'antenne se trouverait à la limite des deux communes. Une pétition a été lancée, elle a déjà récolté plusieurs centaines de signatures. Les habitants ont monté un collectif et se mobilisent. Elie, par exemple, est le premier concerné. Depuis le palier de sa maison, il a pris les mesures. L'antenne ne serait qu'à 140 mètres de chez lui : "Elle est en plein milieu de la figure ! Qu'ils la déplacent ! Il y a un endroit déjà prévu, pourquoi ils ne la mettent pas là-bas ?"

Un pylône TV déjà existant pourrait faire l'affaire

Cet autre endroit, c'est un pylône de télévision, sur la colline au-dessus d'Ardiège et de Cier-de-Rivière. Il est là depuis des décennies, et d'ailleurs l'opérateur Free vient de s'y installer.  Jean-Pierre, le voisin, ne comprend pas pourquoi Orange n'y va pas aussi : "avec tous les collines autour, il y a des points plus hauts pour recevoir cette antenne !". Car choisir la plaine au lieu des collines, c'est monter à 39 mètres pour ce pylône. En comparaison, le clocher de la collégiale de Saint-Gaudens en fait 45.

"Oui, les Français veulent une meilleure couverture mobile, mais à quel prix ?" - la porte-parole du collectif

Véronique Lescoules, porte-parole du collectif contre l'antenne, est également conseillère municipale d'Ardiège. Elle met en avant le principe de précaution sanitaire, mais pas que : "oui, les Français veulent une meilleure couverture mobile, mais à quel prix ? On a quand même un minimum à exiger en terme de santé, de cadre de vie, et de valorisation de nos biens immobiliers".

Orange dit respecter la réglementation

L'impact sur le paysage désespère Elie, qui a plaisir, comme tous les habitants à se balader dans la plaine de Rivière en regardant le Pic du Gar, le Cagire, le Pic du Midi ou le Nez de Napoléon. Les habitants s'inquiètent aussi pour leur santé, celle du bétail aussi : les vaches qui broutent dans la plaine. Sans oublier le petit aérodrome, que le pylône pourrait gêner.

Orange de son côté assure "respecter la réglementation en vigueur". L'opérateur explique que s'il "souhaite faire cet investissement important, c’est pour améliorer la couverture mobile du secteur d’Ardiège et répondre ainsi aux besoins de ses clients. Le trafic internet sur mobile croît de 2,5 fois chaque année en France et cela nécessite d’améliorer les débits."

Pour y voir plus clair, le maire d'Ardiège a rendez-vous avec Orange ce lundi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu