Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vidéo - Bergerac : des moutons pour entretenir les berges de la Dordogne

-
Par , France Bleu Périgord

Une cinquantaine de moutons ont été lâchés ce vendredi matin le long des berges de la Dordogne à Bergerac. Ils vont y rester tout l'été pour manger les herbes hautes et entretenir le site.

Une cinquantaine de moutons se sont installés sur les berges de la Dordogne à Bergerac
Une cinquantaine de moutons se sont installés sur les berges de la Dordogne à Bergerac © Radio France - Théo Caubel

Les berges de la Dordogne à Bergerac transformées en zone de pâturage. Ce vendredi 30 avril, une cinquantaine de moutons ont été lâchés dans ce secteur. Ils vont pâturer dans un espace de 1,7 hectares divisé en 6 enclos entre la promenade Pierre Loti et le quai Garrigat. 

C'est la municipalité qui est à initiative de cette action. "Nous n'avions pas une gestion matérielle intelligente de ces berges. Nous avions une épareuse (machine pour couper les hautes herbes, ndrl) qui passait mais elle abîmait la zone. Elle asséchait la terre, elle avait du mal à accéder à certains endroits et les talus s’effondraient", rappelle Marc Léturgie, conseiller municipal en charge des espaces naturels. Ces moutons vont donc remplacer les épareuses et vont permettre d'entretenir les berges.

Un éco-pâturage pour favoriser la biodiversité

Cette démarche fait suite à une première expérimentation lancée dans le parc naturel de Pombonne. Au-delà d'éviter que les berges ne se transforment en un tas de broussailles, l'objectif de cet éco-paturage est aussi de favoriser la biodiversité. "L’avantage du mouton, c'est qu'il consomme les espèces de plantes invasives et qu'il va sauvegarder d'autres plus rares comme les orchidées sauvages. Alors que l'épareuse coupait tout" ajoute Marc Léturgie.

Les moutons doivent rester jusqu'à la mi-septembre le long des berges. Ils retrouveront l'hiver leurs éleveurs. Si l'opération est concluante cet été, les bêtes reviendront pâturer l'année prochaine le long de la Dordogne.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess