Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Centenaire de la Première Guerre mondiale

VIDÉO - Centenaire de la Grande Guerre : le lycée Gustave Eiffel de Reims installe un lieu de mémoire

vendredi 9 novembre 2018 à 17:04 Par Willy Moreau, France Bleu Champagne-Ardenne

À l'occasion du centenaire de l'Armistice de la Première Guerre mondiale, un lieu de mémoire va voir le jour au lycée professionnel Gustave Eiffel de Reims. La stèle et les panneaux qui vont être installés ont été fabriqués par les élèves eux-mêmes.

Bastien, élève à Reims, confectionne des panneaux en hommage aux soldats tués pendant la Grande Guerre.
Bastien, élève à Reims, confectionne des panneaux en hommage aux soldats tués pendant la Grande Guerre. © Radio France - Willy Moreau

Reims, France

Comment impliquer les jeunes générations dans les commémorations du centenaire de l'Armistice du 11 novembre ? Un siècle après l'arrêt des combats, le lycée professionnel Gustave Eiffel à Reims va installer une stèle et des panneaux de commémoration en plein milieu de la cour de l'établissement en souvenir des soldats morts lors de la Première Guerre mondiale.

Devoir de mémoire

"Jusqu'à présent, c'était comme si ces commémorations n'avaient pas de rapport avec le lycée Eiffel", déplore la proviseure, Sandrine Petit. Pourtant, une plaque est déjà installée à l'entrée de l'établissement car le lycée est une ancienne caserne qui a servi pendant la Grande Guerre. 

Le projet d'un lieu de mémoire est né de là. Quelques mois plus tard, les lycéens terminent de concevoir les panneaux et la stèle qui vont prendre place au milieu de la cour de l'établissement. La stèle présente deux mains superposées - une noire et une blanche - pour symboliser la fraternité. 

Les panneaux eux aussi reprennent des figures de la Grande Guerre. Figurent notamment les "Chemin des gueules cassées" et "Chemin des pères sans fils" mais aussi le "Chemin du chant du clairon" et le "Chemin des voix de mémoire".

"Les élèves qui vont arriver après, ils vont voir qu'on a rendu hommage à ces gens-là et je trouve ça bien", se réjouit Mélanie en train de présenter les croquis dessinés sur un logiciel. 

"Je ne me sens pas trop concerné" - Bastien

Le devoir de mémoire n'est pourtant pas l'affaire de tous. Bastien, un élève en chaudronnerie reconnaît qu'il ne se sent pas concerné. "Bon après, c'est toujours intéressant parce que c'est le passé, c'est l'Histoire. Ça fait plaisir de leur rendre hommage", tempère-t-il en soulevant une panneau en acier. 

La stèle représente deux mains superposées. Elle a été dessinée par les élèves eux-mêmes. - Radio France
La stèle représente deux mains superposées. Elle a été dessinée par les élèves eux-mêmes. © Radio France - Willy Moreau

Ce discours rappelle à son professeur, Mickaël Guérin, l'importance d'un lieu de mémoire dans l'enceinte du lycée : "Ces élèves-là ont quand même un arrière-grand-père ou quelqu'un dans leur famille qui est décédé. En plus, on est dans une région où ce serait vraiment dommage si nos élèves ne parlaient pas de ça. C'est évident qu'on fasse participer les élèves rémois pour le devoir de mémoire. Ces jeunes-là vont faire perdurer la mémoire : une gueule cassée, un soldat, un poilu".  

L'association du Souvenir français devrait être présente pour l'inauguration du site le 27 novembre prochain. Sandrine Petit, la proviseure, promet quant à elle, que les élèves seront présents pour les cérémonies du 11 novembre cette fois.

Au final, toutes les filières ont participé aux projets. De la conception du logo par les Arts appliqués à la peinture des panneaux par la section carrosserie. La section horticulture s'occupera également de mettre en forme le lieu de mémoire.