Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : le détail des nouvelles restrictions pour Paris et la petite couronne

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Paris

La maire de Paris Anne Hidalgo et le préfet de police ont donné une conférence de presse ce lundi à 11h30 pour détailler les mesures concernant la capitale et sa petite couronne, désormais en alerte maximale sur la carte de circulation de la Covid-19. Retrouvez les principales mesures.

Les restaurants parisiens pourront rester ouverts sous réserve de respecter un "nouveau protocole sanitaire".
Les restaurants parisiens pourront rester ouverts sous réserve de respecter un "nouveau protocole sanitaire". © AFP - Philippe LOPEZ

Alors que Paris et sa petite couronne sont placés en zone d'alerte maximale sur la carte du coronavirus, la maire Anne Hidalgo et le préfet de police Didier Lallement ont détaillé ce lundi à 11h30 lors d'une conférence de presse les mesures restrictives prises par arrêté. Les bars devront fermer contrairement aux restaurants qui pourront rester ouverts sous réserve de respecter "un nouveau protocole sanitaire strict". Ces nouvelles restrictions s'appliqueront à partir de ce mardi et pendant quinze jours, avant d'être réévaluées.

Paris dépasse les seuils d'alerte

"L'épidémie va trop vite. Il faut freiner maintenant avant que le système de soins ne soit débordé. Les chiffres vont vous le démontrer assez facilement." explique Didier Lallement, le préfet de police de Paris. Chiffres détaillés par Aurélien Rousseau, le directeur général de Agence régionale de santé d’Ile-de-France "Les chiffres confirment aujourd'hui le dépassement des seuils d'alerte, qui justifient le classement de la plaque parisienne en zone d'alerte maximale, détaille-t-il. Quand on recompte les chiffres, le taux d'incidence est supérieur à 200 pour 100 000 habitants à Paris. Il est au-dessus de 500 pour la catégorie des 20-30 ans, catégorie dans laquelle le virus circule le plus activement. En petite couronne, le taux approche des 200 et poursuit une tendance à la hausse." 

La capitale a également franchi le seuil du taux d'occupation puisque "36% des lits de réanimation de la région sont occupés par des patients Covid". Désormais, on compte "3.500 nouveaux cas confirmés chaque jour, c'est trois fois et demi de plus qu'il y a un mois". Concernant les clusters, "203 sont actifs dans la région, 40% sont d'origine scolaire et universitaire, 26% d'origine professionnelle et 10% proviennent de rassemblements privés, ce chiffre ayant doublé depuis la rentrée".

Les bars fermés à Paris et sa petite couronne

Le préfet de police Didier Lallement a confirmé la fermeture des bars à Paris et sa petite couronne. "A compter de demain, tous les bars devront être fermés, les restaurants, que l'on définit comme étant des établissements dont l'activité principale est la vente de repas,  pourront rester ouverts à leurs horaires habituels, sous réserve du strict respect d'un nouveau protocole sanitaire" Ce nouveau protocole sanitaire, demandé par les restaurateurs, sera présenté "dans la journée". 

Interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes sur la voie publique 

Le préfet de police Didier Lallement annonce également que l'interdiction des événements rassemblant plus de 1.000 personnes est maintenue, tout comme l'interdiction des rassemblements de plus 10 personnes sur la voie publique, dans les parcs et jardins. Mais des dérogations sont possibles pour "les manifestations revendicatives, les cérémonies funéraires, les marchés, les rassemblements professionnels (tournages, visites guidées, chantiers...), les distributions alimentaires, l'aide aux plus vulnérables, ou les 'barnums' de test Covid". Interrogé sur le sujet, le préfet de police a confirmé que "les files d'attentes sur la voie publique sont possibles, elles ne sont pas considérées comme un rassemblement". 

Les foires, salons et congrès interdits

La vente à emporter d'alcool et la consommation d'alcool sur la voie publique restent interdits à partir de 22 heures. "Pour éviter toute pratique festive dans l'espace public, j'interdis explicitement les soirées étudiantes, tout type de rassemblements festifs ou familiaux. Cela ne vise pas, bien sûr, les lieux privés. Les cérémonies de mariage peuvent bien évidemment avoir lieu dans les mairies ou dans les lieux de culte. Mais les mariages dans les établissements recevant du public ne sont pas autorisés", précise le préfet de police. Les clubs et salles de jeu ainsi que les salles de danse resteront portes closes. "Pour éviter les regroupements massifs de population, j'ai également pris la décision d'interdire les foires et salons, parcs d'exposition et les événements se tenant sous de grandes tentes qu'on appelle dans notre jargon des CTS (chapiteaux, tentes, structures)", ajoute Didier Lallement.

Limitation du public dans les stades 

Concernant les infrastructures sportives, les clubs de sport et de fitness resteront portes closes. Les gymnases, les salles polyvalentes, et piscines devront eux fermer, "mais en accord et à la demande du maire, nous avons souhaité que ces espaces puissent continuer à accueillir des mineurs, que ce soit dans un cadre associatif ou privé", annonce Didier Lallement. Les équipements de plein air, les stades ou les terrains d'entraînement physique, pourront rester ouverts à condition de rassembler moins 1.000 personnes, ou 50% de leur capacité maximale si elle est inférieure à ce chiffre. Mais bonne nouvelle pour les représentants du secteur de la culture, les théâtres, cinémas et musées pourront rester resteront ouverts tout en respectant le protocole sanitaire déjà mis en place.

Autre nouveauté, les grands centres commerciaux et les grands magasins à Paris et sa petite couronne devront adapter leurs règles sanitaires afin d'accueillir "au maximum un client pour 4 mètres carrés".

Les visites autorisées sur rendez-vous en Ehpad 

"115 Ehpad sur les 700 qui existent en Ile-de-France connaissent un épisode actif de présence du Covid, avec au moins une personne malade." détaille le président de l'ARS d'Ile-de-France, Aurélien Rousseau, qui annonce que les visites seront autorisées dans les Ephad uniquement sur rendez-vous, avec deux personnes maximum, et si possible dans des espaces dédiés. Des mesures déjà appliquées par beaucoup d'établissements.

La capacité d'accueil limitée à 50% dans les universités

Le recteur de la région académique d'Ile-de-France, Christophe Kerrero, a confirmé la réduction de la capacité d'accueil à 50% dans les universités de Paris et sa petite couronne. "Dans toutes les salles de cours, les amphithéâtres, les réfectoires des universités, la capacité d'accueil sera limitée à 50% pour prendre en compte la situation sanitaire parisienne".

"De nombreux établissements ont déjà adopté leur organisation avec une part de cours à distance, et plusieurs universités ont déjà systématisé la réduction de leur capacité d'accueil à 50%. Cependant, je tiens à le rappeler et à le souligner, une part de présence en cours est indispensable pour éviter que nos étudiants ne décrochent" a ajouté Christophe Kerrero.

"La Ville (de Paris), évidemment, accompagnera un certain nombre de mesures permettant l'ouverture des restaurants dans des conditions très particulières, ainsi que l'ouverture des espaces publics, je pense bien sûr aux stades, aux jardins, etc.", a indiqué la maire PS Anne Hidalgo. Aucune mesure concernant le télétravail n'a en revanche été annoncée, les autorités ont simplement répété qu'il devait être "encouragé", comme l'annonçait Matignon la veille.

Dimanche soir, le gouvernement a annoncé le passage de Paris et les trois départements de la petite couronne, la Seine-Saint-Denis, les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne, en zone d'alerte maximale, tout comme le sont déjà la Guadeloupe et la métropole d'Aix-Marseille, en raison de la circulation accrue de l'épidémie de coronavirus. Le télétravail est "plus que jamais" privilégié a annoncé Matignon.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess