Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

VIDÉO : dans les coulisses des ateliers Gendreau, dernière sardinerie de Vendée

jeudi 24 août 2017 à 6:00 - Mis à jour le jeudi 24 août 2017 à 11:18 Par Lola Fourmy, France Bleu Loire Océan et France Bleu

L’entreprise Gendreau, à Saint-Gilles-Croix de vie en Vendée commercialise notamment les marques Trésors des dieux et Perles des dieux. Grâce à un savoir-faire vieux de plus d’un siècle, elle enregistre encore un chiffre d’affaires en hausse. Reportage.

Dans la conserverie Gendreau, à Saint-Gilles-Croix-de-Vie
Dans la conserverie Gendreau, à Saint-Gilles-Croix-de-Vie © Radio France - Bertrand Pidance

Saint-Gilles-Croix-de-Vie, France

En ce mois d’août, c’est la pleine saison des sardines en Vendée. Si Gendreau achète 1800 tonnes de sardines par an, c’est en ce moment que l’on s’active le plus dans les ateliers de la conserverie de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, la dernière du département. L'entreprise Gendreau, après plus d'un siècle d'existence, enregistre encore un chiffre d’affaires en hausse pour ses sardines haut-de-gamme : +14% sur le dernier exercice.

A l’intérieur, 230 salariés, en grande majorité des femmes découpent – à la main pour le haut de gamme – plusieurs tonnes de sardines en une matinée.

Les sardines sont ensuite rincées, séchées, frites à l’huile de tournesol, égouttées, puis mise en boîte à la main.

En 2016, Gendreau a obtenu le label d’Entreprise du Patrimoine Vivant. Les boîtes sont vendues en moyenne 2.25 euros, c’est près d’un euro de plus que les boîtes que l’on retrouve en grande distribution. Un écart de prix que le patron Philippe Gendreau justifie par un savoir-faire centenaire dans ses ateliers, les derniers de Vendée.