Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : L214 milite pour le bien-être des animaux d'élevage avec ses vidéos chocs

Nouvelle vidéo de l'association L214 : "C'est du lynchage", estime le président de la FDSEA dans l'Indre

samedi 3 novembre 2018 à 10:40 Par Simon Soubieux et Régis Hervé, France Bleu Berry

Le président de la fédération des exploitations agricoles de l'Indre (FDSEA) s'insurge contre les images de l'abattoir du Boischaut diffusées ce vendredi par l'association L214. Pour lui, cet épisode va faire du mal à la filière agricole dans l'Indre. Il qualifie L214 de "donneurs de leçons".

Philippe Demiot a peur des répercussions sur la filière de l'élevage dans l'Indre.
Philippe Demiot a peur des répercussions sur la filière de l'élevage dans l'Indre. © Radio France - Marie-Audrey Lavaud

Indre, France

L'enquête publiée vendredi soir par l'association de défense animale L214 fait réagir les agriculteurs. Le président de la fédération départementale des exploitants agricoles a pris la parole ce samedi matin au micro de France Bleu Berry. 

"Ce sont des donneurs de leçons. Ils montrent du doigt des gens qui n'ont pas un métier facile" — Philippe Demiot, président de la FDSEA 

Philippe Demiot s'est montré remonté contre les méthodes de L214 : "C'est du lynchage. Je suis très énervé qu'on utilise des images "chocs" auprès du grand public. Derrière ces images, il y a des hommes qui travaillent. Ils ont un métier difficile.

Philippe Demiot concède qu'il "y aurait sûrement des choses à améliorer dans cet abattoir", mais que "ce n'est pas des donneurs de leçons qui montrent du doigt untel ou untel qui vont faire avancer les choses. Ces gens qui travaillent dans les abattoirs essayent de gagner leur croûte tant bien que mal. Je ne pense pas qu'ils tuent des animaux avec plaisir.

"Cela va faire beaucoup de mal à la filière dans l'Indre" — Philippe Demiot, président de la FDSEA 

Philippe Demiot s'inquiète enfin des répercussions que cette affaire pourrait avoir sur la filière dans l'Indre : "Cela va encore faire beaucoup de mal à la filière de l'élevage dans l'Indre. Je rappelle que dans notre département, l'élevage représente une grande partie de la valeur ajoutée.".