Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

VIDÉO - Des milliers de gilets jaunes se retrouvent au pied du Sacré Coeur, à Paris

samedi 23 mars 2019 à 21:16 Par Suzanne Shojaei, France Bleu Paris

Une manifestation déclarée a rassemblé 5.000 personnes à Paris, selon le ministère de l'Intérieur, lors de ce 19e samedi de mobilisation des gilets jaunes. Le cortège a défilé pendant plus de deux heures entre Denfert-Rochereau et Montmartre.

Le cortège est arrivé après deux heure et demi de marche dans les rues parisiennes.
Le cortège est arrivé après deux heure et demi de marche dans les rues parisiennes. © Maxppp - YOAN VALAT

Paris, France

L'image est impressionnante. Un tapis jaune recouvre la pelouse et les marches qui mènent au Sacré Coeur. En ce 19e samedi de mobilisation des gilets jaunes, des milliers de personnes ont défilé dans les rues de Paris entre Denfert-Rochereau et Montmartre. Les autorités ont compté 5.000 manifestants, partis en début d'après-midi pour arriver un peu avant 16 heures au pied de l'édifice. Tout s'est déroulé dans le calme. "Pour une fois !, sourit Monique. En plus, on a du soleil." Les gilets jaunes sont ravis. "Ça permet de montrer ce qu'est réellement le mouvement", se réjouit Alexandra.

"C'est une belle réponse à ce qu'il s'est passé la semaine dernière" - Arnaud, un gilet jaune parisien

Après plus de deux heures de marche, les manifestants profitent de l'arrivée pour se reposer sur la pelouse. "L'image est belle, commente Arnaud, gilet jaune sur le dos. Les gens rient, débattent, sans policier dans les parages !"

Il est vrai que les forces de l'ordre ont été relativement discrètes, dans l'après-midi. "Ça prouve qu'il n'y en a pas forcément besoin pour que ça se passe bien !", ajoute Arnaud.

"Mais cette manifestation nous a été imposée" - Patrick, un gilet jaune parisien

Pour certains gilets jaunes, la frustration reste grande. "Pour moi, manifester sur les Champs-Elysées est important, regrette Patrick. On nous met toujours dans l'est parisien, où se trouvent les couches populaires. Le gouvernement n'accepte pas qu'on vienne sur leurs lieux. C'est insupportable !"

Et cette belle manifestation ne change rien aux revendications. "Combien de temps encore le gouvernement va-t-il faire la sourde-oreille ?, se demande Pascal, un Breton qui participe aux manifestations parisiennes depuis cinq samedis consécutifs. On veut des réponses du président de la République. Qu'est-ce qu'attend le gouvernement ?"

96 personnes interpellées

Deux heures après la fin de cette manifestation, un cortège est reparti vers le centre de Paris. Pour les disperser, les forces de l'ordre ont tiré des grenades lacrymogènes, près du quartier de la République. Il y a eu également des feux de poubelles et une devanture de banque vandalisée.

Plus tôt dans la journée, 8 545 personnes ont été contrôlées préventivement, et 53 verbalisées parce qu'elles avaient pénétré dans le périmètre interdit pour manifester