Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

VIDÉO - "J'y crois pas !" : Trop d'animaux mâles dans les musées et les laboratoires

-
Par , France Bleu

Notre tête, notre visage va prochainement remplacer les mots de passe pour accéder avec son smartphone aux sites internet des services publics. Pour utiliser cette reconnaissance faciale, il faudra utiliser le logiciel Alicem. Explications.

Notre visage va bientôt servir de « sésame ouvre-toi ».

Pour quoi faire ? 

Pour l'instant, uniquement pour accéder avec son smartphone aux sites internet des services publics comme la CAF ou comme les impôts

Comment ça marche ? 

Avec un logiciel qui s'appelle Alicem. Pour Authentification en ligne certifiée sur mobile. Un acronyme aussi sérieux que le ministère de l'intérieur qui a commandé ce service. 

Comment ça fonctionne ? 

Pour être bien sûr que c'est nous et pas un vilain hacker, le logiciel Alicem compare les photos qu'on lui donne avec les photos de notre passeport biométrique. Et après, magie, magie, plus besoin de mots de passe bizarres, ni d'authentifiants avec 4012 chiffres. 

Un procédé sans risque ? 

Très bien d'être débarrassé des mots de passe mais est-ce que ce n'est pas un peu risqué, indiscret ? Voir limite pas légal ? "Pas du tout" répond le Secrétaire d'état au numérique. Pour Cédric O., c'est bien le boulot de l'état de garantir l'identité de ses citoyens. Et non, on ne va pas nous espionner puisque nos photos vont rester dans nos téléphones. 

Alicem critiqué par la Cnil et une ONG 

Malgré les garanties du gouvernement, la Cnil, la Commission informatique et liberté, tique sur un "léger" détail : on ne peut passer QUE par Alicem pour accéder aux services publics. Certes, ce n'est pas obligatoire mais on ne peut pas faire sans pour profiter de ce service.

Ca défrise aussi l'ONG la Quadrature du Net. Car, pour elle, Alicem n’est pas fait pour nos beaux yeux mais pour lutter contre l'anonymat en ligne. Ce qui est pourtant notre droit numéro 1 sur internet

Pire ! D’après l'ONG, c'est un premier pas vers le tout reconnaissance faciale. Car le vrai boulot d'Alicem ce serait de nous habituer à ça tout en douceur. "Pas du tout" répond le gouvernement. Pourtant, d'après le journal Le Monde, ça fait plus de 10 ans que l'état français multiplie les tests sur la reconnaissance faciale. 

Pas simple pour Alicem de se faire une place 

Alicem De toute façon pas si simple de faire passer Alicem. En plus des critiques de certains, il y a l'exemple repoussoir de pays qui s'en servent déjà. Comme la Chine qui l'utilise pour fliquer plus, plus ses citoyens. 

Du coup, pas d'Alicem dès le mois de novembre comme prévu au départ. Cédric O. préfère d'abord créer une grande commission avec plein d'experts et plein de citoyens. Et après avoir un grand débat. Encore un…

Comme quoi, pour l'instant, la reconnaissance faciale c'est moins un sésame qu’une prise de tête.
 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu