Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

VIDEO -"Je suis triste, les Tanneurs sont tristes", Philippe Vendrix, président de l'Université de Tours

-
Par , France Bleu Touraine

Des murs tagués, du mobilier renversé.. Les travaux de remise en état du site des Tanneurs prendront un certain nombre de jours voire de semaines et vont se chiffrer en plusieurs centaines de milliers d'euros. Philippe Vendrix le président de l'Université de Tours ne cache pas sa tristesse.

Philippe Vendrix, président de l'Université de Tours
Philippe Vendrix, président de l'Université de Tours © Radio France - Sylvain Maisonneuve

Après dix jours de blocus par un collectif d'étudiants et d'opposants à la réforme des retraites, le site universitaire des Tanneurs a été débloqué mercredi matin par les forces de l'ordre. Une fois à l'intérieur, le président de l’Université ne cache pas sa déception ni sa tristesse devant les dégradations. Un acte de vandalisme aggravé selon Philippe Vendrix invité sur France Bleu Touraine ce jeudi matin. 

Du mobilier renversé, des murs tagués, des amphi et des serrures dégradées... L'impression que les Tanneurs étaient abandonnés, que ce n'était plus le lieu du savoir, de l'apprentissage, de la gaieté étudiante, Philippe Vendrix

Le président de l'Université de Tours confirme que les travaux de remise en état vont durer plusieurs jours, voire plusieurs semaines et coûteront plusieurs centaines de milliers d'euros. Durant cette période, les seuls coûts de gardiennage se montent à 10 000 euros par jour. 

On peut manifester, personne ne l'interdira et surtout pas l'université. Mais ce qu'on ne peut pas faire c'est dormir. On était dans une zone d'insécurité totale. Et c'est à ça qu'à réagi la préfecture."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu