Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

VIDÉO - Jean-Baptiste Bossuet, deux fois vainqueur du Grand Prix d'Amérique : "c'est le summum de l'hippisme"

-
Par , France Bleu Mayenne

Ce dimanche 26 janvier, c'est l'événement de l'année pour tous les passionnés de courses hippiques avec la 100ème édition du Grand Prix d'Amérique. Dans les années 90, le Mayennais Jean-Baptiste Bossuet avait remporté à deux reprises la légendaire compétition.

Le Mayennais Jean-Baptiste Bossuet, 2 fois vainqueur du Grand Prix d'Amérique dans les années 90
Le Mayennais Jean-Baptiste Bossuet, 2 fois vainqueur du Grand Prix d'Amérique dans les années 90 © Radio France

Le Grand Prix d'Amérique fête ce dimanche son 100ème anniversaire. Un hippodrome de Vincennes, près de Paris, plein à craquer, les meilleurs drivers, les meilleurs chevaux. Un rendez-vous sportif et populaire. Et chez nous, en Mayenne, nous avons toutes et tous quelque chose de "Grand Prix d'Amérique".

Aujourd'hui propriétaire de chevaux à Préaux, près de Meslay-du-Maine, Jean-Baptiste Bossuet a remporté, dans les années 90, à deux reprises la légendaire compétition, une fois comme driver, une autre comme entraîneur : "c'est le summum, c'est la finale du travail qui a été accompli par l'entraîneur avec un cheval ou des chevaux qui participent à la course. Je ne garde évidemment que de bons souvenirs de mes deux victoires. Quand vous avez un partant, c'est bien, courir le Grand Prix c'est exceptionnel et de le gagner c'est encore autre chose. Oui, on peut comparer cette course à une finale de la Ligue des Champions de foot, il y a les meilleurs chevaux du moment qui s'affrontent. Et c'est le meilleur ou le plus chanceux qui gagne, c'est quand même le meilleur qui s'impose". 

►►L'ancien driver Jean-Baptiste Bossuet évoque la "folie" autour du Grand Prix d'Amérique

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu