Société

VIDÉO - Jean-Jacques Goldman réagit avec humour à la polémique sur la chanson des Enfoirés

France Bleu jeudi 5 mars 2015 à 8:44

Jean-Jacques Goldman, mercredi soir dans le Petit Journal de Canal +
Jean-Jacques Goldman, mercredi soir dans le Petit Journal de Canal + © Canal + - - Capture d'écran

Après la controverse suscitée par la chanson "Toute la vie" des Enfoirés, accusée d'être d'anti-jeunes, son auteur-compositeur Jean-Jacques Goldman, a accepté de réagir. Mais il l'a fait... dans un sketch diffusé mercredi, tourné avec l'équipe du Petit Journal de Canal +. Le chanteur a déclaré ne pas "s'être rendu compte de la dureté des paroles".

Il s'exprime très peu dans les médias : mercredi soir, "pour la première fois depuis 15 ans " selon l'animateur Yann Barthès, Jean-Jacques Goldman était invité du Petit Journal, sur Canal +. Le chanteur a choisi l'émission satirique pour répondre à la polémique suscitée par la chanson qu'il a écrite pour les Enfoirés, "Toute la vie". Le clip de la chanson, publié la semaine dernière, a suscité un tollé pour ses paroles considérées comme "anti-jeunes". 

"C'est quoi être réac ? "

Mais Jean-Jacques Goldman n'a pas choisi une interview classique : il répond aux accusations par l'intermédiaire d'un sketch, réalisé avec les deux trublions de l'émission, Eric et Quentin. Dans cette séquence, le duo d'humoristes accuse le chanteur d'être tour à tour réactionnaire, puis totalitaire, anarchiste, ou encore paranoïaque.

Goldman répond à la polémique - Eric et Quentin du 04/03L'auteur de "Toute la vie" en profite tout de même pour s'expliquer sur la polémique, affirmant ne pas s'être rendu compte "de la portée des paroles ". "Le thème de la chanson c'est au contraire des jeunes qui demandent des comptes aux adultes ", explique-t-il, avant de se demander "En fait, c'est quoi être réac" ? Et, faisant mine de s'agacer : "Je dis aussi à mes enfants de se bouger, je leur dis aussi de ranger leur chambre... c'est réac ? "

"Personne n'avait fait part du malaise " en concert

"La chanson est sortie il y a presque deux mois, on a fait sept concerts devant plus de 80.000 personnes, il y avait plein de journalistes, plus de 600 techniciens, et personne ne nous jamais fait part du moindre malaise ", raconte-t-il. Et de tacler au passage Jacques Attali, qui sur Twitter avait qualifié la chanson de vulgaire : "La vulgarité, ce n'est pas plutôt plagier un livre ? "